Un petit point sur mon état d’esprit du moment

Pfiou, tu l’as peut-être remarqué, j’ai du mal à écrire ces derniers temps. Et c’est lié à plusieurs raisons. Je vais t’en expliqué 3 grandes, ce sera déjà bien suffisant.

1- La vie réelle bien + importante (retour de la vie sociale)

Comme je te l’ai dit sur instagram, ces derniers temps, j’ai fait la fête. J’ai retrouvé des amis, j’ai retrouvé des habitudes que j’avais il y a quelques années, mais de façon plus consciente et plus saine. J’ai à la fois trouvé ça compliqué et dangereux (peur des addictions, des dépendances, de ne plus vouloir de ma solitude) et jouissif (réussir à parler à nouveau avec des gens de mon âge, rire, beaucoup rire, être moi-même en société, ce que je n’avais jamais été). Dans tout ça, mon téléphone, les réseaux sociaux, le blog et donc, l’écriture, n’avaient pas leur place parce que ça me semblait moins réel. Je devais vivre ce que je vivais sur le moment, et ça m’a fait un bien fou.

Ca m’a aussi fait prendre conscience du fait que mon blog est surtout là pour combler un vide, même si je l’ai toujours su, c’est une manière de garder un lien social, de discuter avec des gens, d’échanger. Et bien que j’adore ça, que ça me passionne et que je rencontre, grâce au blog, des personnes que je n’aurai sûrement jamais rencontré dans la vie, je me demande si je suis capable de continuer ce lien virtuel si je retrouve une vie sociale à peu près normale. En tout cas pas quotidiennement, c’est certain.

Est-ce que passer du temps PHYSIQUE avec des gens que j’aime ne suffit pas, finalement ? Est-ce que, quand je me retrouve seule ensuite, ou avec mon chéri, j’ai encore besoin de discuter ou bien est-ce que mon téléphone est plutôt un poids.. ? Ce sont les questions que je me pose.

2- Pas (plus) convaincue par mes premiers programmes (vidéos et programme blog)

Alors, il y a cet aspect « professionnel » que j’ai entamé pendant le confinement. J’y ai passé beaucoup d’heures, ça c’est indéniable. Et j’étais très heureuse de mes idées et de les concrétiser. Pourtant, avec le recul, ça y est, je n’aime plus ce que j’ai fait. Ca m’arrive souvent, surtout quand c’est lié à de l’argent d’ailleurs. Mes articles de blog, en général, je les aime toujours autant des années après. Par contre, tout ce que je vends, il me suffit de quelques jours pour me dire : « c’est naze ! »

Mon premier programme, par exemple, dans lequel je donne des « conseils » sur mon organisation et ma façon de bloguer, et bien je ne l’aime plus. Je l’avais d’ailleurs supprimé, peu de temps après sa publication, parce que personne ne l’avait commandé. Ensuite, ma gentille Séverine a réussi à l’obtenir tout de même (il faut que je comprenne comment ça fonctionne pour l’acheter même dépublié) et donc je me suis dit : « bon, pourquoi pas… j’espère qu’elle y trouvera son compte, je le remets en ligne ». Et avec quelques jours de recul en plus, je suis convaincue qu’il ne me correspond plus. Parce que ce que j’y explique ne me convient pas. Parce que ce n’est pas la manière de bloguer que je veux continuer à utiliser. Alors je vais le supprimer.

Mon autre projet : les vidéos. J’étais très heureuse d’avoir trouvé une possibilité de publier mes vidéos uniquement pour des abonné.es. Ca faisait très longtemps que je voulais tenter cette expérience de me filmer, de montrer qui je suis un peu plus « physiquement » et non plus seulement par écrit. J’ai adoré tourner les premières, parler, me dire que je me dépassais, que je prenais des risques en sortant de ma zone de confort.

Sauf qu’en fait, mon envie de filmer me vient par passe. Et à certains moments (en CE moment), je n’ai aucune, strictement aucune envie de prendre une caméra et de mettre en scène mon quotidien. Quand je ne suis pas dans ces activités sur internet, j’ai juste envie de me reposer ou de ne pas y penser. Alors je crois que ça ne vaut pas le coup que je propose à des gens de payer pour regarder des vidéos si un mois sur deux, je n’ai rien à leur proposer…
C’est difficile pour moi parce que j’ai l’impression de ne pas respecter mes engagements, que mes envies sont toujours très instables et ça remet toutes ces idées d’activité sur internet en cause.

Moi qui croyais avoir enfin trouvé ma place et ma voie, j’ai de nouveau des doutes. Et bien que ce soit difficile à assumer et à accepter, je reste confiante et je me dis que je dois juste me laisser porter, ça viendra…

3- Internet me fatigue, les interprétations me fatiguent. Trouver les mots justes me fatigue parce que ça me semble impossible.

Voilà la dernière raison pour laquelle je suis parfois absente un moment d’internet. Parce que tout est sujet à polémique. Tout est interprété à la sauce de chacun et qu’on peut vite dire ou écrire un mot de travers.

Par exemple, ce qu’il se passe en ce moment aux Etats-Unis me touche beaucoup. Le sujet du racisme et de n’importe quelle discrimination, de toutes façons, me touche beaucoup. Ca m’émeut, ça m’attriste, ça me met en colère parfois aussi. Et le problème c’est que sur internet on peut lire de TOUT. Des gens qui disent des choses inacceptables en toute impunité, d’autres qui déforment des propos pour les faire passer pour des choses inacceptables, d’autres qui ne comprennent pas les messages parce qu’ils n’en ont pas envie ou que ça les arrange bien… Des injonctions, des interdictions, des jugements, des critiques, des conflits. A chaque fois qu’un sujet devrait nous rassembler (le coronavirus, les crimes dégueulasses, la haine…) il finit par nous séparer encore plus sur internet. Alors quand c’est comme ça, je n’ai juste pas envie de lire, de voir ni de m’exprimer sur ces sujets quand ça arrive, parce que je suis angoissée et malheureuse de voir à quel point on se divise tous, encore et encore…

Et dans ces moments, je préfère faire des câlins, des bisous, me reposer, lire, me nourrir de ce qui me fait du bien et aimer… Peut-être que c’est égoïste, oui, c’est aussi une forme de protection. En tout cas c’est beaucoup plus enrichissant.


Ecrire cette petite mise au point me fait du bien et me fait me rendre compte que le blog compte toujours pour moi. Est-ce que ça doit, pour autant, être ma source de revenu ? J’hésite encore. Je préfère que ça reste un grand plaisir, un exutoire et ne pas avoir d’attentes particulières… Mais ça changera peut-être encore, tout ça.. A SUIVRE…

Merci d’être toujours là, de me lire, de me soutenir.
Même si, parfois, je passe beaucoup de temps sans te parler, je sais que tu es là, je pense à toi et tu es dans mon coeur, je te le promets. ♡

10+

26 thoughts on “Un petit point sur mon état d’esprit du moment

  1. Je pense que c’est important de poser les choses. Et tu as eu raison de le faire. Je me sens toujours un peu comme ça, aussi, très impulsive dans mes choix. Ce n’est pas facile tous les jours mais c’est ce qui nous fait avancer, grandir aussi.
    Le blog ne doit pas nous éloigner de notre vie sociale habituelle et je pense que l’inverse est vrai. les échanges sont différents. Et puis on partage peut-être d’autres choses, différemment.
    Quant aux réseaux sociaux, je crois que c’est bien de faire une pause de temps en temps. Ca peut être très perturbant. Là, il n’y a pas de filtre et tout le monde se permet tout.
    Heureuse de te lire et sois fière de ce que tu as fait jusque là même si ça ne te convient plus aujourd’hui.
    Grosses bises Justine

    1+
    1. Merci beaucoup pour ton soutien et tes encouragements. Tu as raison, tout doit être utilisé avec modération, même si c’est pour du travail. Sinon le plaisir s’en va rapidement et on perd la passion. Je crois qu’en fait, il faut juste que je vienne de temps en temps, quand j’en ressens le besoin, pour papoter avec mes copines de blog et ne pas trop me forcer. Partager ce que j’ai à partager quand j’en ai envie, point. Si c’est possible d’en faire un métier, tant mieux, sinon tant pis. Tout ce que je souhaite, c’est d’être épanouie : )
      Gros bisous et merci pour tout ♡

      0
  2. Justine, je viens de te lire avec beaucoup d’attention. Tout ce que tu ressens est parfaitement légitime et de toute façon ce que tu ressens t’appartient. Tu demeures dans le partage en nous expliquant tes émotions et tes décisions. Certes tu es un peu absente mais parfois c’est une nécessité. Et déconfinement et retrouvailles bouleversent le quotidien des 2 derniers mois. Un seul mot : PROFITE !!! Je t’embrasse ma douce. Rachel

    1+
    1. Est-ce que je t’ai déjà dit que tu étais comme un petit ange ???
      En tout cas, sache que là, après t’avoir lu, mon corps est vraiment rempli d’amour et que je te l’envoie par la pensée, je t’aime fort fort. MERCI ♡

      0
  3. Bonjour Justine,
    Tout ce que tu décris est très légitime et sain.
    Internet n’est pas LA VIE.
    Une déconnexion générale des réseaux me fait le plus grand bien et surtout ne me manque pas.
    Je n’aime pas cette façon de tout deshumaniser, d’ exposer tout et son contraire, d’être tellement egoîste.
    Quant à l’instabilité, tu auras toujours quelqu’un pour te le faire remarquer ; à mon sens c’est une remise en question, une recherche de sens, un tâtonnement, un essai.
    Il faut expérimenter pour savoir ce qui nous convient et passionne 💕

    4+
    1. Merci beaucoup Sophie pour ta compréhension et ton soutien : )
      Tu as raison, même si depuis que j’ai démarré, je ne fais que répéter que ce sont de vrais gens et de vrais coeurs derrière les écrans, il n’en est pas moins vrai que ce n’est pas la « vraie vie », qu’il y a quelque chose de bien plus fort en dehors de tout ça. Et ça fait du bien d’en profiter, de savourer.
      Merci pour tout ♡

      1+
  4. Je t’aime comme tu es, là
    Hier, maintenant
    Merci d’être ici, en vie,
    Hier, maintenant
    Merci
    Et pour demain, ben, justement demain …
    Il y a quelques années, j’ai dû inscrire en bas de mon portrait une citation, un mot, une phrase, cela a été :

    À suivre … ou pas!
    Je t’aime Justine

    1+
    1. M E R C I infininiment! :’)
      Je ne trouve rien d’autre à te dire, je suis très reconnaissante de lire tes doux mots. ♡

      0
  5. Coucou Justine,
    Je crois que c’est le premier commentaire que je laisse ici, alors que ce n’est pas la première fois ni la dernière fois que je te lis.
    Ce mouvement que tu décris, entre création et destruction parce que tu n’aimes plus ce que tu fais… Je l’ai beaucoup ressenti pendant la 1e année de mon auto-entreprise. Je m’en suis voulue, ça donnait l’impression que je ne savais pas ce que je faisais. Et puis j’ai réalisé que non. C’est juste ma façon de travailler. J’ai une idée, je fonce et après on verra. Alors forcément, les choses évoluent, je change, et selon mes émotions, mes humeurs, avec les questions qu’on se pose, le recul qu’on peut prendre, on peut décider de garder ce qu’on a créé pour les autres ou alors le remplacer par autre chose.
    Alors profite de la vie, de cette confiance que tu trouves pour aller vers les autres, prends soin de toi et retire-toi si tu as besoin de solitude. Fais ce qui te semble le mieux pour toi.

    1+
    1. Un grand merci ma douce pour ta compréhension. Bien sûr, on grandit, on change, nos idées s’améliorent ou parfois, peuvent même disparaître. Mais ce qui est merveilleux c’est de continuer avec ce projet tout en évoluant. Ca le fait évoluer, par la même occasion. Si on continue AVEC le projet, sans l’abandonner, il grandira avec nous, au fil du temps.
      Tes mots m’encouragent beaucoup. Encore merci :’) ♡

      0
  6. Je te comprends parfaitement sur le blog. Je m’y suis mise réellement quand mes problèmes de santé ont pris de l’ampleur plus le perso. Il a été mon refuge, ma thérapie. Et oui à un moment donné je me suis aussi demandée comment gérer les deux, est-ce que c’est possible ? Et puis l’entreprise est arrivée. C’est long, c’est du travail, de l’excitation, du découragement, des doutes.
    J’ai lu un livre sur l’auto entrepreneneuriat, et la phrase maintenant que vous êtes immatriculé vous pensez que tout le monde va faire appel à vous. Ben non. Et c’est vrai. C’est un coup de massue, mais réaliste. J’étais une blogueuse qui conseillait, et là je devais à l’entrepreneuse qui fait payer ses services. Ce n’est pas parce qu’on a une communauté qu’elle va nous suivre dans notre projet, nous encourager certes, mais ce n’est pas forcément notre cible client. Que faire ? Il m’a fallu du temps pour mettre la blogueuse plus en retrait. Changement de nom de domaine. Refonte du blog, changement de ligne éditorial.

    Écrire me fait toujours plaisir, mais j’y consacre moins de temps. Par envie, manque de temps, un peu de tout ça. Je ne veux pas mettre le blog entièrement de côté, c’est dur à gérer mais pas infaisable.

    Je suis toujours dispo si tu veux parler. Courage.

    2+
    1. Tu as parfaitement saisie ce à quoi je suis confrontée parce que tu as l’air d’avoir traversé la même chose. Ca me fait beaucoup de bien, alors merci de prendre le temps de me parler de ton parcours en quelques lignes. J’espère de tout coeur que tu continueras à t’épanouir de la manière qui te correspond le mieux. Je ne lâche rien, moi non plus et je suis persuadée que, toi comme moi, on réussi à trouver notre chemin épanouissant à travers le blog et ce qu’on a à offrir à des clients (ou pas). Merci encore ♡

      0
  7. Coucou Justine,

    Je crois que lorsqu’on réfléchit à « professionnaliser » une passion ça soulève pleins de questions et que le passage d’un travail « gratuit » à un travail « rémunérateur » n’est pas facile à gérer. On peut se questionner sur notre « légitimité », ne pas réussir à fixer de prix, ou bien être mal à l’aise avec le côté « marchandisation », ou encore se sentir « contraint·e » de faire ce que l’on faisait auparavant « librement »… Comme tu nous le dis à la fin, tu hésites à en faire ta source de revenu car tu as envie que cela reste un plaisir et un exutoire et je crois que tu résumes là parfaitement l’ambivalence et les doutes que l’on peut avoir, c’est vraiment pas des questions faciles, ce peut-être d’autant plus concernant des activités liées au web d’ailleurs où les limites entre le perso et le pro, entre son travail et sa personne, entre ce que l’on vend et ce que l’on partage « seulement » ne sont pas très claires. Faire de sa passion son travail est un sujet qui me questionne énormément et sur lequel j’entends plein d’avis différents, je crois qu’encore une fois ça dépend de chacun·e, des envies et de la situation du moment et que comme tu le dit, ça peut changer 🙂

    1+
    1. hello oui Camille a bien formulé les choses ! faire de sa passion un métier n’est pas évident. Cela prend du temps de toute façon. il faut laisser maturer tout cela. et profite des belles choses.
      myrtille

      2+
    2. Merci beaucoup pour tes mots Camille. Ca ne m’étonne pas que tu aies si bien saisie ce que je voulais transmettre. Je crois qu’en te lisant, je suis encore plus déterminée à faire en sorte de garder le côté plaisir et de le lier au travail. Même si, c’est fort probable, ça m’apportera encore des doutes sur ma légitimité parce que je n’aurai, bien sûr, pas la sensation de travailler comme une acharnée. Mais je crois que j’ai envie de prendre ce risque, de tenter en tout cas, de m’épanouir dans quelque chose que j’aime et qui n’est pas compliqué pour moi mais qui peut, tout de même, apporter à de potentiels clients. : )
      Merci pour tout. ♡

      1+
      1. Qui a dit qu’il fallait travailler comme un· archarné·e ? Ou encore que si on fait ce que l’on aime on ne travaille pas « vraiment » ? Ou encore qu’on n’a jamais de doutes sur sa légitimité, ce même quand on est pourtant salarié·e ? 🙂

        En tout cas, j’ai hâte de lire tes questionnements et tes avancées dans ta « passion professionnalisée » (ou « professionnalisation passionnée ») !

        1+
  8. Coucou ma jolie, je te comprends, mais tellement… tout ce que tu as entrepris c’est génial! Tu le fais avec le cœur et ça se sent!! Tu es une personne entière! Je trouvais que c’était vraiment très très cool tout les projets que tu as réussi à construire, tu as été jusqu’au bout et ça c’est vraiment bien! Ne perds pas cette petite étincelle!! Continue et va à ton rythme… pas de pression, fais ce que tu aimes et quand tu le veux! 💓 il y aura toujours quelqu’un derrière toi! 💓💓 gros bisous! Et en cas de doute, c’est tjs très bien d’en parler. Ne garde pas ça pour toi. Gros bisous!!

    2+
  9. Woua… Merci beaucoup pour tes encouragements qui me vont droit au coeur et me motivent. Je vais continuer, c’est sûr, je ne sais pas encore de quelle manière mais j’ai construis quelque chose qui me fait un bien fou et je ne voudrais certainement pas le perdre! C’est grâce à des personnes comme toi que je suis d’autant plus motivée alors merci pour tout, vraiment. Et tu sais bien que je te soutiens à fond dans tes projets également. : D

    0
  10. Bonsoir Justine,

    Je te remercie pour ton article. Tu as tout à fait raison de faire un break avec internet, les réseaux sociaux et ton blog. Tu as tout à fait raison de faire la fête et d’en profiter mais attention tu peux boire mais avec modération 😀😀😀.

    Si tu peux revenir au plus vite car ta présence nous manque sur ton blog et les réseaux sociaux et je t’encourage à le faire et je suis sûr que tu vas arriver. Il faut aussi que ton copain réussisse à te refaire redémarrer sur internet car tout le travail que tu as fait jusqu’à présent, c’est très bien et je te stimule.

    En attedant ta présence, je te dis à bientôt.

    1+
  11. Hello ma douce Justine
    J’ai lu avec attention tes mots, comme toujours. J’ai du déjà te le dire, mais si tu doutes autant concernant ce que tu souhaites entreprendre, c’est parce que tu veux le faire avec tes tripes et avec ton cœur. Personne ne peut ne te retirer cela 😘. Des remises en question, des essais, des ratés, des succès ? Ça fait partie de la vie.
    Internet n’est pas en soi la « vraie vie » (est-ce que ça veut dire quelque chose finalement ?) mais cela compte, cela permet de rapprocher des gens qui ne se seraient jamais rencontrés autrement. Personnellement je n’ai pas de mal à faire la différence entre des personnes que je croise physiquement tous les jours (bon moins en ce moment je l’avoue 😂) et avec qui je discute sur les réseaux sociaux. Dans les deux cas, les relations peuvent être fausses, peu profondes, ou au contraire merveilleuses. C’est un sacré mélange, il faut juste parvenir à détecter le positif.
    J’ai hâte que tu me parles plus en détail des tes projets 😊.
    Je t’embrasse !

    1+
    1. Merci infiniment pour tes mots ma gentille Estelle! Tu as tellement raison. Ici ou ailleurs, certaines rencontres sont merveilleuses (Toi, par exemple) et d’autres moins vraies mais toujours utiles, pourtant.
      Merci de me comprendre si bien. Tu as raison, j’ai envie de faire tout ça avec passion, que ça me donne des frissons, sinon je n’y vois plus d’intérêt. Alors parfois, c’est moins intense donc ça me donne moins envie. Parfois, les câlins que je fais à mon entourage compte 1000 fois plus, et c’est normal.
      Mais grâce à des mots comme les tiens, je ne lâcherai jamais, j’en suis sûre. Parce qu’ils donnent un sens à tout ce que je crée. Merci encore!! ♡

      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.