Mon féminin sacré

Je continue de répondre aux questions de Laetitia sur la féminité, en plus de celles de son ByGalaProject auquel je réponds ici.
Laetitia propose à plusieurs femmes qui acceptent de témoigner sur sa chaîne Youtube, des questions sur la féminité en général. Et comme je n’ai pas encore la possibilité de rencontrer Laetitia et d’aller au Brésil (mais c’est prévu :’)), j’ai décidé de le faire ici, sur le blog et je compte sur toi pour y répondre aussi en commentaire et partager tes réflexions avec nous.
Je ferai donc un article pour chaque question.

Ma réponse à la première question de Laetitia : « c’est quoi être femme ? »

Parlons maintenant de la deuxième question…

Ma féminité est la moitié de ce que je suis, du moins quand je me sens en harmonie, en équilibre. J’ai 50% de féminin en moi et 50% de masculin. Il y a le Yin, le Yang. Ma féminité, c’est le Yin. C’est alors ma sensibilité, mes émotions, mon intériorité. Ma féminité s’exprime donc, je crois, quand j’écoute mes besoins, quand je prends le temps me reposer, quand j’exprime mes ressentis et que j’ai envie de douceur. Ma féminité, c’est aussi ma spiritualité. Je me sens femme quand je me sens connectée à la lune, à son cycle, au mien.

Je ne crois pas que j’exprime ma féminité grâce à mon apparence. Je ne rentre absolument pas dans les critères que la société pourrait imposer aux femmes. Souvent, nous pensons que féminité = Robe, talons, maquillage, jolie coiffure. Moi je crois que ça n’est pas réservé aux femmes et qu’aucune femme ne DOIT avoir cette apparence. Aucune obligation, chacune fait comme elle veut. Certains jours j’aime mettre une superbe robe à fleurs et me faire une jolie coiffure. Et puis, le lendemain, je peux me sentir très féminine dans un jogging large, avec des cernes sous les yeux.

Ma féminité, c’est mon énergie. Et je la ressens beaucoup également quand je danse, donc à travers mon corps. Parce que je sais que c’est cette énergie qui émane, que ce soit pour moi ou dans le regard de l’autre.


Et toi, comment s’exprime ta féminité ? ♡

Ju.

2+

13 thoughts on “Mon féminin sacré

  1. Peut-être que la féminité peut s’exprimer dans la sororité, une certaine solidarité entre femmes ? J’avoue que j’ai du mal avec cette notion de féminité qui est une construction sociale. Accepter son corps tel qu’il est. sans se soucier des modèles établis et avoir envie d’être ce que l’on veut en dehors des schémas imposés aux femmes….voili. ? 🙂 bises Myrtille

    2+
    1. Pour me rassurer, je me dis que ma vision de la féminité n’est pas celle qu’on veut nous imposer et que plein d’autres femmes pensent également qu’être femme, ce n’est pas porter une robe et du maquillage, du moins que ce n’est pas uniquement ça. Donc oui, c’est une certaine forme de sororité donc… En tout cas, nous avons l’air d’être dans la même optique toi et moi et ça fait du bien. Merci pour ton retour, gros bisous ♡

      2+
  2. J’ai toujours été féminine mais rarement pour moi. C’est seulement depuis quelques années que je vis ma féminité de l’intérieur en me mettant à l’écoute de mes émotions et de ma sensibilité car c’est à travers elles que je me sens pleinement moi-même.

    2+
    1. Rarement pour toi, c’est à dire ? Pour la société ? Pour un homme ?
      C’est libérateur de découvrir sa féminité soi-même et de l’exprimer autrement, je suis heureuse que tu y sois parvenue. : )
      Merci beaucoup pour ton témoignage ma Nathalie ♡

      1+
  3. Coucou Justine,

    Très bonne question que celle de la « féminité ». J’ai lu une première fois ton article et puis j’ai pris le temps d’y réfléchir car je ne savais pas trop quoi y répondre et me revoilà 🙂 Un peu comme Myrtille je crois que j’ai du mal avec la notion de « féminité » et de toutes les constructions sociales qui en découlent. Quand j’étais plus jeune j’étais une « vraie » fille, « hypergirly », je correspondais exactement à l’image « normalisée » de la fille que promeut la société. En grandissant j’ai petit à petit déconstruit les stéréotypes de genre et j’ai adopté un style plus « neutre » et encore aujourd’hui quand je m’habille de manière dite plus « féminine » je sens une « validation » plus grande de l’extérieur (et ça m’agace). Du coup je ne saurais pas très bien dire comment s’exprime ma féminité car comme bien souvent avec ce genre de questions j’ai l’impression que cela me réduit à une « case », une « caractéristique » alors que je ne suis pas que « ça » (je sais pas trop si c’est clair ce que j’essaie de dire ?). Et aussi, comme l’a souligné Nathalie, car j’avais l’impression que cette caractéristique « féminine » avait été décidé pour moi, par l’extérieur et de l’extérieur.

    J’aime beaucoup ton approche de yin et de yang et d’équilibre et le fait qu’on soit tous et toutes constitué·es d’énergies dite « féminine » et « masculine » (et je préfère d’ailleurs les terme yin et yang plutôt que « féminin » et « masculin » auxquels on peut peut-être plus facilement s’identifier sans être biaisé par la dimension genrée qu’implique l’utilisation du « féminin » et « masculin » qui peuvent peut-être rebuter certain·es ?).

    1+
    1. Coucou ma gentille Camille,
      Merci pour ce commentaire super enrichissant, comme toujours. Oh oui, je ne l’ai pas dit dans ma réponse, mais moi aussi, quand j’étais petite, j’étais complètement attirée par tout ce qui « représentait » la féminité. Je voulais porter des talons, du maquillage, paraître plus que mon âge (quand j’y repense, d’ailleurs, je regrette d’être autant passée à côté de mon enfance). Et puis je n’ai pas forcément eu besoin de déconstruire, je me suis beaucoup cherchée mais naturellement, j’aimais être plus neutre. Et depuis 3 ou 4 ans, j’ai effectivement déconstruit et c’est comme une claque, on se réveille, on ouvre les yeux et on voit tout ce qui nous a été imposé sans qu’on ai rien demandé. C’est satisfaisant ensuite d’en avoir conscience au quotidien, ça libère.
      Oh oui, c’est sûrement plus juste et même plus « réel », j’ai envie de dire. Même si ce n’est pas palpable, pas visible, je suis persuadée que les énergies sont très présentes, tandis que le genre est seulement une construction, un schéma qu’on apprend depuis notre naissance.
      Merci encore pour ton retour, je trouve ce sujet passionnant et j’adore avoir des témoignages de femmes toutes uniques et tellement intéressantes : ) ♡

      0
  4. Coucou Justine !

    Il me faut toujours un long temps de réflexion quand je vois ce genre de question parce que c’est vraiment compliqué je trouve 🤣
    La féminité, c’est un concept mis en avant par la société et il a été modifié selon les époques. Quand on évoque le « féminin », on pense tout de suite à la douceur, la gentillesse, l’empathie, aux fleurs, à la couleur rose…
    Sauf si on décide de s’éloigner de ces images et de ces étiquettes que des gens (qui sont-ils d’ailleurs ?!!) ont voulu accoler au genre féminin. Je rebondis sur le commentaire précédent et je confirme que plus jeune, lors de mes années de fac, je me maquillais, m’apprêtais plus, ça me semblait être le comportement normal à adopter, parce que j’étais une jeune femme. Aujourd’hui, je ne me maquille plus, ou alors un peu de mascara, et je ne l’ai pas fait par volonté de contrer les clichés auxquels on devrait correspondre. Je ne sais pas, je m’en suis détachée naturellement… et je ne me sens pas moins féminine pour autant ! Je ne porte d’ailleurs jamais de jupe ou de robe, je n’aime pas ça, encore moins de talons. Ah et maintenant j’ai des poils sous les aisselles, je m’y suis habituée et finalement j’ ai l’impression de m’être réapproprié mon corps de femme adulte 😊
    Je me sens simplement femme quand je me regarde, me touche et ça me suffit.

    1+
  5. De mon côté en étant tout simplement moi-même. Je ne vois pas la féminité comme une question d’apparence, de vêtements, maquillages, chaussures, mais davantage comme une personnalité tout entière, dans une façon d’être, de s’exprimer, de faire, d’être tout simplement. Je n’ai jamais ressenti de pression sociale par rapport à ça. Ma féminité s’exprime autant dans mes forces que dans ma vulnérabilité. Un peu comme les enfants. Tu vois ce que je veux dire ? Les enfants ne se préoccupent pas de l’image qu’ils renvoient. Ils sont, point. Pour moi ma féminité s’exprime dans le fait d’être soi-même, authentique, sans masque. Je reviens sur cette idée de vulnérabilité.

    Je continue la lecture de tes articles,
    A très vite
    Sand

    1+
    1. Je te rejoins sur cette vision de la féminité. Bien que, pourtant, j’ai souvent ressenti cette pression sur l’apparence et je suis assez étonnée que ça n’est JAMAIS été ton cas. Tant mieux, c’est merveilleux. Peut-être as-tu toujours été entourée de personnes incroyables : D
      Merci beaucoup pour tes mots, merci de prendre le temps de partager tes réflexions sur ce beau sujet. : )

      0
  6. Coucou,
    Merci pour cet article, j’avoue que pour ma part, je vais avoir besoin de me poser un peu pour penser à cette question. D’ailleurs, c’est une question qui me tourne autour depuis un petit moment mais je n’ai pas encore trouvé la réponse qui me convient alors je la laisse faire son chemin, la réponse viendra un jour 🙂

    1+
    1. Je crois que c’est surtout que les réponses à ce genre de questions ne sont pas figées, elles évoluent sûrement avec le temps. Peut-être penses-tu que ta réponse, en ce moment même, ne serait pas la « bonne » et tu attends alors d’en avoir une meilleure. Mais ça serait ta réponse à l’instant T, qui changera, qui grandira, tu as le droit.. : )
      Mais si tu estimes que ce n’est pas le moment de t’exprimer à ce sujet pour l’instant, que ça viendra plus tard, alors je te comprends parfaitement ! ♡

      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.