Je ne retiens que les émotions

Je t’avais écrit un jour un article qui s’appelle « Je croyais que j’étais bête » dans lequel je te racontais que mon hypersensibilité m’avait longtemps fait penser que je n’étais pas quelqu’un d’ « intelligent ». Parce que mes sens me perturbaient. Et puis parce que j’avais parfois du mal à retenir certaines choses.

Cet article est un peu comme une suite, améliorée, puisque depuis, j’ai encore réfléchi sur la question et je comprends maintenant mieux comment fonctionne mon cerveau.

Bien sûr, je suis loin d’être bête et puis comme je l’avais dit dans ce premier article, et ça, ça ne changera jamais, chacun a sa propre culture et il ne faut pas confondre culture et intelligence. Chacun a aussi sa vision de l’intelligence, des intelligences et de la bêtise. Exemple : Pour moi, les gens méchants et/ou violents sont bêtes. C’est MA vérité…


Chaque personne comprend les choses à sa manière, voit le monde à sa manière. J’ai mis beaucoup de temps à assimiler ça mais aujourd’hui je crois que c’est bon. Je sais désormais que les réactions que je ne comprends pas sont en fait des réactions de personnes qui voient le monde différemment parce que, en plus de ne pas avoir eu la même éducation et les mêmes expériences que moi, ils ont un cerveau qui fonctionne à sa manière.

Et ce qui est super riche, c’est qu’on a TOUS un cerveau différent. C’est fou non ? Je trouve ça chouette. C’est pour ça que chaque être humain est unique.

Pour les personnes qui ont des points communs avec moi, je pense que ça a toujours été difficile (pour ne pas dire CHIANT) qu’on nous répète : « Tu te prends trop la tête. », « Tu te poses trop de questions. » voire « T’as un soucis. »
Non, c’est juste que mon cerveau est comme ça, il réfléchit pratiquement H24, même la nuit, même parfois en dormant, dans les rêves, il réfléchit encore, il a besoin de comprendre et il est souvent en alerte. Oui, peut-être que c’est lié à une pathologie, c’est possible, mais dans ce cas… Tais-toi. Est-ce qu’on va reprocher aux gens d’avoir une gastro, un rhume ou un cancer ? Je ne pense pas.
Au passage, je réfléchis toujours (oui encore et toujours réfléchir ahah) à me faire diagnostiquer, je le ferai, bon là c’est pas la priorité du moment, évidement. : )

Bref, ce serait juste cool que les gens qui nous entourent comprennent que c’est notre cerveau qui est comme ça. Et ce serait cool également que nous aussi on l’intègre, plutôt que de culpabiliser ou de se sentir extra-terrestre. On a juste un cerveau particulier, avec ses points forts et ses failles.

Mais voilà, ces derniers temps, j’ai compris quelque chose sur ma mémoire. La suite va vous étonner (oups…)
Plus sérieusement, j’ai compris que je n’arrivais à retenir que certains moments, certains visages et certaines phrases précises même. Je me suis encore fait la réflexion que je n’avais pratiquement aucun souvenir de TOUT ce que j’ai appris pendant ma scolarité. Sauf, de certains moments ou j’ai appris. Tout ce que j’ai vraiment retenu, je me souviens du moment ou je l’ai appris, c’est assez fou je trouve. Pourquoi ? Parce que ça m’a procuré une émotion. Soit c’était incroyable parce que j’intégrais de nouvelles connaissances, soit ça me touchait personnellement, soit ça me faisait rêver… Pas pour rien que je suis naze en maths, tu vois. Par contre, je me souviens très bien d’un de mes prof, et de son regard méprisant.

Je me souviens pas mal de mes cours de philo, parce que ça abordait des sujets qui me questionnaient et puis parce que mon prof était drôle et donc me faisait rire, sourire, me rendait joyeuse. Ce qu’il disait me passionnait. Parce qu’une émotion est si forte pour moi, que je ne peux pas l’oublier.

Je me souviens de tellement de détails sur mes relations, mes anciens amoureux, ma famille, mes amis. Je me souviens de la majorité des rencontres, je me souviens des disputes, je me souviens de moments de complicité, de fou-rires… Parce que je les ai vécu fort, et dans tous mon corps.

Alors, peu importe de ce à quoi c’est dû. Hypersensibilité, Surefficience, Surdouance ou que sais-je. Tout ça, finalement, ce ne sont que des étiquettes. En tout cas, je sais que je ressens si fort que ça reste gravé à jamais. Mes concerts aussi, certaines chansons, il suffit que je les réécoute, et mon corps entier se rappelle.
D’ailleurs, souvent, la musique me renvoie à des souvenirs qui sont parfois insignifiants. Ca peut très bien être une pâte bolo devant la télé un Vendredi soir. Je vais m’en souvenir parce qu’à ce moment précis, j’avais entendu telle chanson et ça m’avait fait vibrer.

Dès que je ressens quelque chose, c’est tellement intense que je ne pourrai jamais l’oublier.


Je trouvais important de le partager.
Je crois que c’est un don, un pouvoir.

Moi qui, pendant tellement longtemps, croyais être quelqu’un de bête, incapable de se souvenir, incapable d’intégrer des connaissances. J’ai lâché prise aujourd’hui puisque j’ai compris qu’il fallait simplement que ça me procure une sensation. Si ça ne me passionne pas, non, je ne retiendrai pas. C’est comme ça, mon cerveau est comme ça je crois.
Quand je dis que je suis passionnée, c’est pas pour me donner un genre, c’est ça que ça signifie.

Je suis sûre que parmi mes gentilles lectrices (et lecteurs), il y en a pour qui ça fonctionne un peu pareil. Et bien on a de quoi être fières, pas vrai ? Parce que c’est précieux et unique de tout vivre intensément comme on a la chance de le faire.

Alors savourons cette chance et continuons de nous souvenir des émotions.

A vite. ♡ 

Justine.
6+

19 thoughts on “Je ne retiens que les émotions

  1. Très joli article ! Et rassure-toi, même la science et les recherches en psychologie diraient que tout ça est normal 😉 Le rôle des émotions n’est plus à démontrer dans les apprentissages (que ce soit les émotions positives et les émotions négatives). Et dans tes propos, on voit bien apparaître les deux sortes de mémoire qui existent dans la mémoire à long terme : il y a d’un côté la mémoire sémantique (celle des faits, des connaissances, celles qui par exemple nous permet de savoir que 1515 c’est Marignan ou qui nous permet d’avoir accès à des définitions…). On pourrait dire que c’est la mémoire de la connaissance encyclopédique. Et de l’autre il y a la mémoire épisodique ou mémoire autobiographique, et là ce sont les souvenirs d’épisodes de nos vies qui sont emmagasinés dans notre mémoire avec des éléments du contexte (date, lieu, ambiance, émotions…). On pourrait dire que c’est la mémoire de la connaissance de soi. Et souvent, retrouver un élément du contexte fait réactiver le souvenir (une musique, une odeur… c’est la fameuse Madeleine de Proust). Donc oui tu as une bonne mémoire 😉 et pas que une bonne mémoire épisodique ! Tu as aussi une bonne mémoire sémantique car c’est celle qui nous permet d’utiliser les mots et tu sais que tu les manies bien les mots 🙂 Bisous ma Justine (et maintenant je vais retirer ma casquette de prof de psycho lol ;-))

    2+
    1. Ohhh génial! Merci pour ce merveilleux commentaire ma Séverine qui (tiens, ça me rappelle une conversation qu’on a eu récemment) COMPLETE si bien ce que j’explique ici. J’espère de tout coeur que les personnes qui me liront verront ton commentaire aussi.
      Ce que tu dis me rassure beaucoup, j’ai donc une bonne mémoire ahah
      Mais c’est surtout important de connaître un peu comment c’est censé fonctionner selon ce que la science nous apprend. Merci encore!
      Ouiiii bien sûr, la Madeline de Proust, l’histoire de ma vie et de ce que je décris ici… Ahah
      Merci merci merci, vraiment ♡

      1+
    2. Ah oui et j’ai oublié de dire! J’aime beaucoup quand tu dis « mémoire de la connaissance de soi » ça me parle bien… : D

      1+
  2. Mais bien sûr que tu n’est pas seule. On est nombreuses a avoir ce que j’appelle une intelligence émotionnelle plus développer. Il ya au contraire des personnes qui sont très « carré » avec quasi aucun intérêt pour les émotions de la personne qui est en face, c’est comme si ils ne savaient pas décrypter ça… en tout cas je l’ai beaucoup remarqué.
    Gros bisous à toi Justine :*

    1+
    1. Tu as raison. Je pense aussi que ça peut s’apprendre parfois. Je ne sais pas si tout le monde a cette « faculté » à la naissance ou bien si c’est comme un don. Mais à mon avis, il y a des personnes qui ont cette capacité mais qui n’ont pas reçu l’éducation qui leur permettait de l’utiliser et donc n’en sont pas conscients et agissent avec des blocages sur leurs émotions et une méconnaissance de celle-ci. Même si c’est difficile à admettre pour des gens comme toi et moi, je pense, mais il y a des personnes qui ne sont (malheureusement) pas intéressées par leurs ressentis profonds et leurs émotions… Dommage. : )
      Merci pour ton petit mot, gros bisouuus ♡

      0
      1. Merci pour ce partage d’experience qui s’avère si utile pour moi mais sûrement pour l’ensemble de tes lecteurs.
        Tes mots complètent si bien ce que je ressens…
        Les conversations que tu as du mal à suivre, des moments, des informations qui même avec toute ta volonté s’envolent me rappelle très bien certains instants vécus. Mais encore, les « tu te prends trop la tête » « pourquoi es tu si stressée » « qu est ce que tu regardes » « as quoi tu penses » ont le don de m’irriter. J’ai toujours l’impression de voir plus d’éléments, d’analyser les choses différemment mais surtout il est nécessaire que je comprenne tout ce qui se déroule autour de moi. Aussi, je me souviens de moments, de choses très particulières et précises ce qui fait que certaines personnes doutent parfois de la véracité de mon souvenir (est ce que son imagination ne lui joue pas des tours ?)… Observer et analyser mon environement est quelque chose que je fais toutes les secondes et ça peut-être très fatiguant. Il y a beaucoup de remarques qui s accumulent en même temps et mon cerveau s’embrouille à force de vouloir tout analyser et comprendre.
        C’est la première fois que je parle de ce genre de choses donc tout cela est un peu brouillon mais sache que ton parcours m’aide beaucoup à comprendre certains éléments que je perçois au quotidien.
        Je te souhaite une très belle journée et à très vite !

        1+
        1. Merci infiniment d’avoir pris le temps de m’expliquer ce que cet article t’a procuré. Je suis très touchée parce que c’est exactement ce pourquoi j’écris sur un blog… Pour ne pas me sentir seule et pour que d’autres se sentent moins seules.. Qu’on se rencontre, qu’on se comprenne, surtout quand on se ressemble. Alors je suis vraiment heureuse que mes mots puissent t’aider à mieux te comprendre, toi-même. Avoir conscience de soi, de nos forces et nos faiblesses, nous permets de faire un énorme pas en avant, de grandir d’un bond et d’avancer plus facilement.
          Merci beaucoup pour ton soutien et tes mots gentils. ♡

          1+
  3. C’est bien que tu sois revenue de ta première réflexion pour arriver à celle-ci…Un cheminement positif.
    Merci pour ton partage qui offre des pistes de réflexion.
    Belle soirée Justine

    1+
    1. Oui, je trouve qu’en ce moment toutes mes réflexions d’il y a deux ou trois ans évoluent beaucoup et j’aime bien faire un genre de « volume 2 » amélioré ahah. Merci beaucoup. Gros bisou : )

      0
  4. Coucou Justine,

    J’adore ta phrase « si je frissonne, je n’oublierai jamais » ! L’éducation a longtemps été l’éducation aux « connaissances encyclopédiques », pour reprendre l’expression de Séverine et à la rationalité (merci Descartes ahah). Heureusement, cela tend à changer aujourd’hui et on encourage de plus en plus les différentes formes d’intelligence, de manière de fonctionner, de raisonner, de s’exprimer. Je crois que le plus dur c’est, tu en parles souvent, le poids de la « norme », d’autant plus quand on est jeunes et qu’on veut « s’intégrer », être « comme tout le monde », être « normal·e ». Une fois que l’on comprend qu’on peut être soi même et que comme tu dis, chacun·e son intelligence, chacun·e ses qualités – qu’elles soient jugées subjectivement forces ou faiblesses, c’est une libération 🙂 Et je partage ton point de vue que ce sont nos différences qui font nos richesses car si on était tous et toutes pareil·les ça serait bien ennuyeux je crois.

    PS : étant team #pleindequestions, perso pour moi la phrase « tu te prends trop la tête » c’est un compliment 😉

    1+
    1. Coucou : D
      Oh c’est gentil, elle m’est venue spontanément : )
      Merci d’avoir si bien complété mon article, surtout par rapport aux normes. Effectivement, surtout en ce moment, je ressens de nouveau régulièrement toutes les pressions que la société nous impose, surtout lorsqu’on est loin d’être adaptée à son fonctionnement…
      Mais effectivement, c’est une fierté d’être comme je suis, même si ça ne rentre dans aucune case et qu’il est parfois difficile de trouver sa place, il suffit de s’en créer une nouvelle de place, qui ne rentre dans aucune case : D
      Ohhh, c’est bien de réussir à trouver que cette phrase est un compliment. Il y a deux jours, mon chéri, avec je suis suis depuis bientôt 5 ans, m’a sorti ce fameux « tu te prends trop la tête » et j’étais vraiment déçue et attristée que même lui me le dise encore… Mais bon, je le comprends : /
      Merci pour ton soutien, encore une fois. Tes retours sont précieux pour moi ♡

      1+
      1. Ah je te comprends, je crois qu’on en avait déjà parlé mais moi la phrase qui m’attriste (m’agace ?) c’est le « tu es trop sensible ». J’ai beau savoir et me répéter que ce n’est pas dit méchamment, rien n’y fait, j’ai toujours du mal à l’entendre (mal, tout court). Alors que le « tu te prends la tête » pas du tout. Peut-être car le fait de se « prendre la tête », et donc, en quelque sorte, d’être « cérébral·e » a été valorisé dans mon entourage (et que je le valorise donc chez moi et chez les autres « spontanément ») ? Alors que la sensibilité a été davantage « jugée », « incomprise », « étouffée » ?
        Je remarque tout de même dans les deux cas la notion du « trop » que l’on entend généralement sur le ton du reproche, j’ai l’impression. Ou tout du moins qui déborderait de la « case », comme tu dis. Alors qu’après tout si on en déborde, ou qu’on a besoin (envie ?) d’en construire une nouvelle de case, qu’est ce que ça peut bien faire ? 🙂

        1+
        1. Tu as tout dit…! Ca dépend beaucoup de notre éducation et de l’environnement dans lequel on grandit, c’est clair… Une fois qu’on a déconstruit tout ça, c’est tout de même plus facile de s’affirmer et de savoir ce qu’on veut garder ou pas. Bravo pour tout le chemin que tu as déjà parcouru :’)

          0
  5. Oui c’est très bien formulé, toutes ces émotions qui nous replongent et nous font revivre de nos moments. C’est tout à fait vrai. Cela ne peut être mieux dit, vraiment ! bises

    1+
    1. Oh comme tu es gentille, je n’ai pas l’impression d’avoir de talent particulier mais je sais surtout me questionner sur les ressentis et ça devient ma plus grande force : D
      Merci infiniment pour ton gentil mot, encore une fois :’)

      1+
  6. Coucou,
    C’était un très chouette article,
    Nous sommes tous unique, nous sommes tous différents et nous avons tous nos émotions, ce n’est pas toujours facile de ne pas culpabiliser mais tu as pleinement de dire qu’il faut lâcher prise 🙂

    1+
    1. C’est un travail de tous les jours pour y arriver mais quand on y parvient, ça change tout : D

      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.