Depuis l’arrêt de la pilule…

Depuis que j’ai arrêté la pilule, mes règles sont synonymes de feu d’artifice et explosions en tout genre à l’intérieur de moi.

Que ce soit sur le plan physique ou émotionnel, le fait d’arrêter ce traitement hormonal m’a reconnecté à des sensations en tout genre et pas toujours agréables d’ailleurs, au moins une semaine chaque mois.

Le fait d’être hypersensible n’arrange rien. Déjà qu’en temps normal, mes émotions sont débordantes. Alors durant quelques jours avant mes règles, au moment ou plein de symptômes arrivent, ça devient vraiment compliqué. Et là, ça déborde pour de vrai !


Toutes les femmes vivent des situations différentes. Toutes les femmes ont des règles et des SPM différents et d’une durée différente également. Mais je pense qu’il y a certains points que nous sommes plusieurs à rencontrer, et qu’en parler ici, entre nous, nous permettra de nous sentir comprises.

Pendant plusieurs mois, c’était la veille de mon déclenchement que c’était le plus difficile. Je tombais complètement malade, comme si j’avais une grosse grippe. Les symptômes qui arrivaient à chaque veille de règles étaient :

  • La migraine
  • La nausée
  • Parfois, les vomissements
  • La diarrhée
  • L’énorme fatigue
  • Les vertiges

Suivis, au moment du déclenchement, de la douleur en bas du ventre, mais ça, je connaissais déjà avant avec la pilule.
Autant te dire que tout ça n’était pas du tout agréable mais cela ne durait qu’une journée ou deux maximum.

Au départ, je croyais donc que j’avais attrapé une grippe. Ensuite, je me demandais si je n’avais pas mangé quelque chose de mauvais. Et puis après 3 mois, j’ai compris que le lendemain de ces moments difficiles, mes règles arrivaient.

Je précise aussi que pendant environ 5 ou 6 mois (je ne sais pas exactement) je n’étais pas correctement réglée. Parfois mes règles étaient espacées de 28 jours, parfois de 35. Parfois, elles duraient 3 jours, parfois 6.

J’ai l’impression que tout s’est stabilisé depuis environ 3 mois. Je note maintenant dans un calendrier quand commencent mes premiers symptômes et quand se déclenchent mes règles puis quand elles s’arrêtent.

Aujourd’hui, donc, j’ai un cycle régulier, mes règles débutent toujours aux alentours du 8 ou 10 du mois et durent 3 ou 4 jours.

Les premiers symptômes commencent 3 jours avant le déclenchement des règles et je ne suis plus aussi malade qu’avant.
Le symptôme le plus flagrant qui commence 3 jours avant et qui dure jusqu’à la fin des règles c’est la poitrine très sensible. Il ne faut surtout pas toucher mes tétés (même moi) car ça peut vite être douloureux et j’ai mal quand je descends les escaliers ou bien si je fais des mouvements un peu trop brusques. Et pourtant ils sont minis !! (Je ne porte pas de soutien-gorge mais je sais que ça ne changerait rien parce que le fait d’avoir un vêtement qui me serre serait douloureux aussi.)

Ensuite, pendant 3 jours, je ressens surtout une baisse d’énergie et de la fatigue. J’ai besoin de plus de repos et c’est difficile pour moi de trop bouger dans la journée.

Je ne tombe plus « malade » la veille. En revanche, le moment le plus désagréable c’est le jour du déclenchement. Le pire reste la douleur en bas du ventre qui s’est accentuée. Je me sens très fatiguée et je peux difficilement bouger, la douleur au ventre n’arrangeant rien et parfois, il m’arrive d’avoir la nausée et de vomir. J’ai systématiquement la diarrhée et je dois aller aux toilettes au moins 2 ou 3 fois.
Tout ça dure environ 4 ou 5 heures. Si je ne prends aucun médicament, ça peut durer un peu plus longtemps. Et ensuite tout revient à la normale et mes règles se passent sans douleurs sauf quelques secondes par ci par là en bas du ventre mais rien de difficile à gérer.

Tu l’auras compris, le jour du déclenchement de mes règles, si je peux rester à la maison avec un lit et des toilettes à proximité, sans efforts à fournir, c’est mieux !
C’est quand même sacrément handicapant. Je sais que je peux me débrouiller quand je n’ai pas le choix. Par exemple, il m’est arrivé deux fois de devoir garder les petits jumeaux au moment où mes règles ont démarrées, c’était vraiment difficile. Une fois j’étais grelottante sous un plaid mais ils voyaient bien que je n’étais pas en forme et étaient tout mignons. Mais pas le choix, quand des petits de deux ans et demi dépendent de toi, tu vas au delà de tout ça. Je ne suis pas morte, mais si je peux éviter de revivre ça, ça m’arrange !

A ce niveau, c’est pareil, il y a eu du changement depuis l’arrêt de la pilule. Et c’est là que le fait d’être hypersensible n’aide pas. En général il y a un jour dans la semaine qui précède mes règles, on je vais être au bout du rouleau… Complètement déprimée, je vais me sentir nulle, bonne à rien, remettre toute ma vie en question. Il y a ce côté anxieux que j’ai en moi qui n’aide rien non plus. Bref, j’ai toujours un moment bas, de grosse déprime, aux alentours de mes règles.

Pour les autres jours, c’est simple, selon ce que je vis et selon les émotions que je ressens à ce moment là, tout va être encore plus décuplé qu’en temps normal. Il m’arrive de me sentir la personne la plus heureuse du monde, il m’arrive de me disputer avec mon chéri parce que je pars au quart de tour et rentre dans une énorme colère… Tout dépend de ce qui m’arrive à ce moment mais si je peux éviter toute situation compliquée et rester dans un environnement le plus paisible possible, c’est la meilleure option.

  • Surveille bien ton cycle !
    Il existe des applications pour tout noter. Moi j’utilise FLO et MON CALENDRIER mais je note également ça sur mon calendrier papier. Je surligne à partir des premiers symptômes et j’entoure les jours durant lesquels j’ai perdu du sang. Ce qui m’a permis de voir quand ça arrive en général et combien de temps ça dure.
  • Essaie des médecines douces. Je me masse le bas du ventre avec de l’huile essentielle diluée dans de l’huile végétale parfois et ça me soulage un peu. Il y a aussi les tisanes, je n’ai pas encore trouvé LA bonne. Si tu en as à me conseiller pour les symptômes que je t’ai décris, je serais ravie ! Il existe aussi de l’homéopathie… Il faut tenter ! Sinon…
  • Parle-en à ton médecin. Moi je prends de l’ANTADYS le jour du déclenchement ou bien un doliprane si je n’en ai pas avec moi.
  • Si c’est vraiment trop douloureux et difficile à vivre, prends ça au sérieux. Peu importe ce qu’on te dit, c’est toi qui ressens et personne ne peut savoir à ta place. Si tu penses que c’est trop, il est préférable que tu demandes à ton médecin de faire des examens. Ca commence à être plus connu mais il faut penser à l’endométriose.
  • Et enfin, tu as le droit de te reposer et de rester chez toi quand ça ne va pas. Je sais bien que ce n’est pas toujours possible, mais si tu peux t’arranger pour le faire, fais-le ! Ca ne servira à rien de t’épuiser. Surtout que les jours ou tu vas perdre du sang te feront perdre encore de l’énergie. C’est pour ça que connaitre son cycle est important aussi, tu peux prévoir un peu en avance quand tu risques d’être plus fatiguée, voire souffrante…

Si tu as d’autres conseils, n’hésite surtout pas à les partager en commentaire. Je sais que la majorité des gentilles personnes qui me suivent lisent souvent les messages donc faisons-en un espace d’échanges et d’entraide.
Je veux bien que tu partages avec nous quels sont tes symptômes aussi.

Justine.
7+

11 thoughts on “Depuis l’arrêt de la pilule…

  1. Pour les règles douloureuses tu peux essayer des tisanes ou infusions d’achillee millefeuille, c’est une plante antispasmodique. Je l’utilise très souvent et elle me soulage bien.
    Alexia

    2+
    1. Me reconnecter, c’est exactement ce qui me rend heureuse dans le fait d’avoir arrêté la pilule. Merci pour ta compréhension. Et merci pour le bon conseil, en espérant que les personnes qui me suivent te lisent au passage : D

      0
  2. Bonjour Justine,

    Merci beaucoup pour l’article mais le problème c’est qu’étant un homme, je ne peux pas trop t’aider. Mais pourquoi tu as arrêtée la pilule ? Peut-être le seul conseil que je peux te donner ça serait peut-être d’aller voir un centre de Planning Familial de la ville ou du département où tu vis mais comme d’habitude je t’encourage à trouver la bonne solution à cela et je suis sûr que tu vas y arriver et il ne faut surtout pas que tu tombes dans la déprime et l’angoisse.

    Bon courage et à bientôt.

    1+
    1. Coucou Daniel,
      Merci beaucoup. Sache que je n’ai pas écrit cet article pour demander de l’aide, au contraire. Malgré les symptômes désagréables, je vis très bien ma situation, et ça me reconnecte à mon corps, c’est très bien aussi. : )
      J’avais fait un article pour expliquer pourquoi j’arrêtais la pilule. En gros, pour te récapituler, c’est avant tout pour éviter le « chimique ». Parce que ça n’allait plus avec mon mode de vie, le plus naturel possible. Et puis, c’est aussi parce que je veux des enfants, pas tout de suite, mais j’en veux, et j’avais la sensation que c’était mieux de me libérer de tout ça le plus tôt possible. Voilà tout…
      Je ne tomberai pas dans déprime et l’angoisse à cause de mes règles, ne t’en fais pas. : D

      Merci encore, à bientôt !

      1+
  3. Ah oui mais carrément il y a des choses à faire ! Mais sans plus de détails, j’irai vers la tisane de feuilles de framboisier dans un 1er temps.
    Courage, c’est possible d’être tranquille et de se réconcilier avec ses règles

    1+
    1. Merci beaucoup. Oui, tu me le rappelles et je suis sûre que ça peut changer beaucoup pour moi puisque ça revient souvent dans ma vie comme un message. Alors merci. Quand ce sera plus facile de sortir et/ou de commander sur internet, j’essaierai et je reviendrai te dire si ça m’a aidé, promis. : )

      0
  4. Coucou,
    Un article super intéressant,
    j’avoue que je n’ai jamais pris la pilule et j’en suis d’ailleurs ravie car finalement j’ai appris à connaitre mon corps au naturel. la période de règles est une période que je vis relativement bien, très peu de douleurs ou juste la première journée avec quelques douleurs au bas du ventre, au niveau rénales mais surtout cela fait augmenter les douleurs dans mes jambes dûes à la maladie.
    En général je sais seulement quelques minutes avant que cela va arriver, ce n’est pas quelque chose de facile à gérer avec une maladie qui entraine une perte de sensibilitée car du coup je ne sais jamais trop quand cela va avoir lieu.

    1+
  5. Oh je crois qu’effectivement, c’est plutôt une bonne chose que tu n’aies jamais été sous pilule. : )
    Ah oui je vois ! Tu n’as jamais fait attention à ton cycle en prenant des notes? Parce que si il est régulier, tu peux prévoir à peu près quand ça va venir.. Ca peut être une alternative (avec les applis par exemple) ♡

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.