L’anxiété chez les hypersensibles

Ah… Quel vaste sujet… Il y a beaucoup à dire, je pense que l’anxiété fera donc l’objet de plusieurs articles sur mon blog.

Petite précision avant tout : Bien sûr, l’hypersensibilité est pour moi un grand pouvoir et quelque chose de merveilleux, cela ne veut pas dire que ce n’est QUE merveilleux, c’est pourquoi il est très important de partager les côtés désagréables et douloureux de ce trait de personnalité.

Ca me tient tellement à coeur d’en parler, d’essayer au mieux de faire comprendre ce que peuvent vivre les personnes hypersensibles lorsque la petite boule au ventre ou dans la gorge (ou autres signes) apparaît… Et puis j’ai très envie d’en discuter avec celles qui vivent ça régulièrement aussi.

Un mal-être assez régulier

Oui parce que je crois que ça revient très facilement.
Alors peut-être que je me trompe, que ça dépend beaucoup de l’éducation et des expériences qui nous donnent un état d’esprit plus ou moins positifs.. Mais en sachant que pendant plus d’un an, j’ai été quotidiennement dans une humeur très positive, je peux affirmer que cette boule au ventre ne s’en va jamais très très loin et qu’il faut rester sur ses gardes.

Introspection mais pas trop

Le tout c’est de comprendre ce qu’il se passe. Il y a sûrement énormément de signes d’anxiété différents, je t’invite d’ailleurs à expliquer quels sont ceux que tu ressens, toi, en commentaire.
La mienne se manifeste par une boule au ventre et cette impression qu’elle enveloppe délicatement mon coeur pour le serrer, serrer, de plus en plus fort… Parfois, elle vient plutôt dans la gorge, ou bien AUSSI dans la gorge.

Cela engendre une douleur compliquée à laisser de côté, mais aussi des difficultés à respirer correctement (comme une envie de bailler terriblement forte pour reprendre un peu d’oxygène mais impossible à réaliser). Tout ça nous amène également, bien entendu à une fatigue intense MAIS souvent aussi à l’insomnie… Formidable…

Quand cela m’arrive, je suis donc épuisée, je ne peux pas dormir, je me tourne et me retourne dans le lit, je suffoque légèrement à force de ne pas réussir à bailler de façon tout à fait normal et puis surtout, je pense, je pense, je pense…

La pensée, seule responsable de l’anxiété ?

J’en suis venu à comprendre que bien sûr, c’était en pensant, en imaginant, en me créant des scénarios ou en me rappelant des souvenirs désagréables, que je tombais dans cet état si douloureux.
(Petite parenthèse : Ces pensées concernent pour 90% du temps, les autres, et surtout les gens que j’aime… Le sentiment d’abandon, les conflits, les séparations. C’est le PIRE ! Dis-moi si tu veux que je dédie un article à ça précisément.)

Le livre d’Eckart Tolle – Le pouvoir du moment présent – nous explique à quel point il est important de ne pas ressasser le passé et sans arrêt se projeter dans l’avenir. Effectivement, en y réfléchissant bien, c’est exactement ces deux éléments qui créent l’angoisse et l’anxiété. Si nous nous concentrons entièrement au moment présent, quand par exemple, nous sommes dans le lit avant de dormir, rien ne devrait nous causer une telle douleur, à moins qu’on ait peur du noir, auquel cas il suffit d’allumer une petite lumière.

Etre dans le moment présent n’est pas si simple. Le livre d’Eckart Tolle m’a d’ailleurs beaucoup frustré et je n’ai pas lu la fin, parce que tout ça me semblait impossible. Se détacher de ses pensées, non mais comment on fait, sérieusement ?
Ca me rappelle qu’il faut absolument que je me procure le livre -Je pense trop- qui va probablement me réconforter.

Comment allumer la petite lumière quand on a peur?

La méditation, lorsqu’elle est pratiquée régulièrement, peut aider à retourner au moment présent. Je ne veux pas trop en parler, comme si je connaissais ça par coeur, je n’arrive pas encore à trouver un rythme suffisant, je n’arrive pas encore à la pratiquer comme il faut. Tout ce que je sais c’est qu’il y a une période durant laquelle j’ai médité 15 ou 20 minutes TOUS LES JOURS, et que plus je pratiquais, plus c’était une réussite, plus je m’ancrais dans le moment présent et donc j’allais mieux.

Se changer les idées pour ne plus penser aux choses désagréables ?
Attention ! Parfois, c’est très bien, ça fait du bien. Mais ça ne veut pas dire que ça ne reviendra pas automatiquement une fois que nous arrêterons cette distraction. La meilleure distraction que j’ai testée reste la lecture. Me plonger totalement dans un univers, dans une autre histoire m’aide beaucoup à apaiser mes pensées.
Attention aux écrans… Ordinateur, téléphone ou télévision vont peut-être nous changer les idées mais ils sont trop stimulant et le fait de les arrêter va créer une rechute beaucoup plus rapide, et la petite boule au ventre n’aura pas disparu.
Je vois les distractions pour se changer les idées un peu comme les médicaments, ils calment la douleur mais ne la font pas disparaître !

Une routine adaptée
C’est quelque chose qui peut être très long à trouver… Il faut essayer plusieurs choses, s’écouter, être attentif à ce qui nous apaise légèrement ou de façon très signifiante, et puis créer un petit mix de tout ça et créer une routine. Personnellement, c’est surtout le soir qu’une routine m’est très utile, mais il est aussi possible de s’en préparer une en cas de crise d’angoisse ou simplement pour les moments ou on en ressent le besoin.

Me coucher tôt, disons avant 23h avec une tisane, quelques huiles essentielles en diffusion ou sur mon plexus solaire (j’utilise l’huile essentielle de Ravintsara), de la mélatonine (la grande découverte de ces dernières années pour moi), mon téléphone en mode avion, de la lecture et parfois une méditation. Voilà ce qui m’aide à évider mes plus gros moments d’anxiété et donc les insomnies.


Je reparlerai forcément de ce sujet et d’autres manifestations de l’anxiété, je me suis plutôt concentrée sur les signes physiques ici.
J’en reparlerai aussi pour aborder la relation à l’autre lorsqu’on souffre d’anxiété, notamment nos relations avec nos proches, surtout ceux qui vivent quotidiennement avec nous ; Comment l’un et l’autre peuvent s’adapter et s’aider à l’apaiser. Et puis si je trouve des solutions magiques, je les partagerai forcément avec toi.

J’aimerais beaucoup que tu me dises si tu souffres, toi aussi d’anxiété et comment elle se manifeste pour toi ?
Si tu as des solutions qui fonctionnent bien, peux-tu les partager avec nous ?
Et enfin, si tu as des questions ou des suggestions d’articles, n’hésite pas à me les écrire également en commentaire.

Gros bisous !

35 commentaires sur “L’anxiété chez les hypersensibles

  1. Coucou Justine,
    Quelle lecture intéressante ! Je me suis bien reconnue dans ton texte. Je suis une personne très anxieuse, pour tout et pour rien. Pour ma part, je ne crois pas que cela provienne d’une hypersensibilité.
    Une routine peut être parfois efficace mais pour ma part j’essaye de me concentrer sur quelque chose (une musique, un dessin, des mots) et j’essaye d’enclencher mon imagination. Cela me calme parfois, mais lorsque anxiété est plus profonde, je n’arrive pas à m’en dépêtrer !
    Merci pour ce partage et belle journée !

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou 😺
      Merci beaucoup pour ton gentil mot. Je suis ravie que tu te sois reconnue dans certains des miens. Peut-être es tu simplement plus sujette à l’anxiété que d’autres personnes alors. Si tu as trouvé des petits rituels uniquement et que ça fonctionne, c’est top ! Et effectivement, l’imagination peut-être d’une grande aide dans ces moments là. Et ça laisse place à la créativité ✨
      Merci à toi, passe une belle journée aussi 💜

      Aimé par 1 personne

  2. Coucou Justine !
    ça fait très longtemps que je n’ai pas fait de vraie grosse crise d’angoisse, mais je reste régulièrement sujette à l’anxiété. Chez moi elle se signale par une impression de serrement dans les intestins et le thorax, qui peut aller des légers fourmillements à une réelle douleur, une impression que tous mes organes sont hachés menus. Des fois, quand c’est des angoisses assez soudaines, j’ai aussi une impression de froid dans les extrémités des membres et une pulsation dans le crâne. Quand j’avais des grosses crises d’angoisses, je pensais souvent être en train de faire une crise cardiaque, j’avais mal à l’épaule et au bras gauches, et j’avais du mal à respirer.
    Quand je me sens submergée par de l’angoisse au point de ne pas réussi à dormir, ce qui m’aide le plus c’est la visualisation, notamment de lieux ou de choses qui m’apaisent, comme la forêt et la mer. Regarder des vidéos d’ASMR m’apaise beaucoup également (mais bon, ça implique de regarder un écran, donc en général je le fais plutôt en journée ou fin d’aprèm, mais pas juste avant de me coucher ^^). Après, je n’ai pas de solution réellement miracle, à part celle de patienter et de laisser faire le temps. Je sais maintenant comment je fonctionne et je sais que très souvent, ça ira mieux demain… ou après-demain, ou la semaine prochaine, mais ça finit toujours par passer ! ^^
    C’est un très chouette article en tout cas, et j’ai hâte de lire les autres que tu écrirais sur le sujet ! 🙂
    Bises et belle journée à toi !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci infiniment pour ce partage d’expérience… Effectivement, ce sont des sacrées angoisses que tu vis parfois. Je te souhaite beaucoup de courage pour les surmonter mais je vois que tu en parles avec sérénité. La visualisation, bien sûr, surtout pour l’insomnie, j’ai oublié de le dire mais c’est ce que je pratique depuis toujours, je m’imagine une vie merveilleuse dans un endroit merveilleux. La mélatonine m’aide beaucoup maintenant mais sans elle, c’est ça qui me sauve également.
      L’ASMR, je n’ai jamais essayé mais le peu que j’ai vu me met un peu mal à l’aise…
      Merci beaucoup pour tout en tout cas, ravie que ce sujet t’ait plu, j’espère que mes lectrices liront ton commentaire et que ça leur donnera d’autres pistes pour se sentir mieux en cas de crise.
      Passe un beau dimanche ☀️💜

      J'aime

  3. J essaye de moins me projeter dans l’avenir car c est ça qui m’angoisse le plus en fait. Je tâche de rester uniquement dans le présent et de profiter, de mettre en avant le positif, la gratitude, me satisfaire de ce que j ai, de me changer les idées en faisant des choses que j’aime plutôt que ruminer… Bises

    Aimé par 1 personne

  4. Hello Justine, un immense merci pour ce partage – qui fait avancer la cause des hypersensibles – caste un peu à part dans ce monde où les émotions n’ont pas leur place, et régulièrement moquée…
    Pour ma part, ça se manifeste un peu comme pour toi: coeur qui se serre, boule au ventre et dans la gorge, sensation physique de douleur dans tout le corps, diaphragme très douloureux au toucher, terreurs nocturnes, insomnies, crises d’hyperventilation, crises de tétanie…Ce qui déclenche les symptômes est très variable, mais comme toi, c’est souvent les conflits, les séparations, une sensation d’être dépassée par les évênements ou encore les phases où je ne suis pas assez occupée.
    Qu’est-ce qui m’aide réellement ? La question est assez vaste 😉 Déjà je dirais que c’est beaucoup moins pire après deux ans de suivi psy. Aller parler de ma vie devenue trop lourde à quelqu’un de neutre et bienveillant a fait que j’ai pu aller déposer mes angoisses dans un coffre et le fermer à double tour. Par exemple, je n’ai pas fait de crise d’hyperventilation ni de terreurs nocturnes depuis belle lurette – alors que c’était assez fréquent avant.
    Les choses qui m’aident au quotidien sont la méditation (qui m’a aidée à profiter du moment présent et à mieux respirer – et dieu sait que mon diaphragme, c’était du béton armé 😛 ), être bien occupée en général (dès que je m’ennuie, j’angoisse – c’est quasiment systématique – mais comme je suis assez hyperactive, je compense assez vite), écrire pour relâcher toutes mes frustrations et mes angoisses sur le papier (ça marche TRES bien pour ma part), pratiquer une activité physique (escalade et course) et le fait de se concentrer sur une activité manuelle de précision type couture, puzzle ou bricolage.
    J’attends tes prochains articles avec impatience et te souhaite une belle journée ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour tous ces gentils mots Manon, tu es vraiment adorable !
      On a l’air de se ressembler sur ce point alors.
      Effectivement, voir un psy, c’est très important. Personnellement, quelques séances m’avaient suffit et je n’en ressens plus le besoin depuis mais je n’hésiterai pas une seconde à y retourner si je sens que c’est nécessaire. Et l’écriture, bien sûr ! Que ce soit sur un blog, ou dans un simple cahier, ça libère tellement !
      Merci pour tous ces chouettes conseils, j’espère que les lectrices de cet article liront ton commentaire. Merci et encore merci. Passe un beau dimanche ☀️💜

      Aimé par 1 personne

  5. Hello Justine et merci pour ton partage. Ton article fait un peu écho au mien bien que beaucoup plus développé (j’ai encore énormément de mal à parler de moi et de mes émotions dans mon blog).
    Mes angoissent concernent souvent (très souvent) des histoires de logistiques, la sensation d’avoir beaucoup trop de choses à faire, de ne pas savoir par quel bout commencer, de ne pas en voir la fin … Mais aussi la santé (hypocondriaque bonjour !) et la peur d’avoir dit quelque chose qu’il ne fallait pas, d’avoir blessé quelqu’un ou de ne pas avoir été a la hauteur.

    J’essai pour me calmer de penser à des moments doux et sereins que j’ai vécu. Parfois ça marche, parfois pas, je rumine. J’attends alors que ça passe, parce que je pense que comme les aliments, nous devons « digérer » nos émotions.

    A très vite pour de nouveaux partages 😉

    Aimé par 2 personnes

    1. Coucou ma douce. Merci beaucoup 💜 Si le fait que j’en parle également te permet d’en dire un peu plus et d’extérioriser, ça me fait très plaisir. D’ailleurs, qu’est-ce qui te bloque au juste par rapport au fait de parler de toi sur ton blog ? Est-ce que c’est une envie que tu as vraiment ? Si c’est le cas, il ne faut pas que tu hésites, je pense. A toi de voir. En tout cas je serai là pour te lire.
      C’est rare les personnes qui assument d’être un peu hypocondriaque. Rien que le fait de s’en rendre compte, c’est beaucoup de chemin parcouru pour s’en débarrasser, je crois.
      Merci d’avoir aussi bien complété mon article avec ton commentaire et avec ton article à toi. (Si quelqu’un lit nos commentaires, ALLEZ LIRE CELUI D’ANAIS 😺)
      A très vite, passe un beau dimanche ☀️

      Aimé par 1 personne

        1. Oh non ce n’est pas idiot, loin de là.. Tu as sûrement connu des blessures liées à ça et je te comprends totalement. Si c’est de la pudeur, alors ne te force pas. Si, en revanche, ça permet de dépasser une de tes peurs, je suis sûre que ça pourra t’apporter beaucoup de positif, du soulagement et peut-être même guérir certaines blessures. 😽

          J'aime

    1. Coucou, merci beaucoup pour ton petit mot ! C’est génial que tu n’en souffres pas, j’espère de tout coeur que ce sera toujours le cas. Et bien sûr, la musique c’est magique, tu as déjà les clés si jamais un jour ça t’arrivait, ça ne durerait sûrement pas bien longtemps. Bisous 😽

      Aimé par 1 personne

  6. Coucou Justine,
    Je vois passer beaucoup beaucoup beaucoup d’articles sur le sujet de l’hypersensibilité en ce moment, ce qui fait que je fais de plus en plus d’introspections pour savoir si oui ou non j’en suis… Finalement je pense être très sensible mais pas autant (ou avec les même caractéristiques) que tu le décrit. Je pense de manière générale que la méditation et le yoga doivent aider à décompresser et à « lâcher prise » , ce que j’ai souvent du mal à faire. Je n’ai pas de crise d’anxiété mais je suis souvent soucieuses de bien faire à un point ou cela peut m’empêcher de dormir selon les cas. Je ne sais pas trop… Depuis ma dernière grossesse j’ai aussi la larme très facile. Je trouve tes conseils déjà très intéressants et simples à appliquer. Merci beaucoup. Je t’embrasse fort. :*

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ma douce ! Arf… Beaucoup parlent des mêmes choses… Ce qui est à la fois génial, parce que la parole se libère mais aussi un peu agaçant, de voir des répétitions, sûrement… J’en parle justement dans mon post Instagram du jour, pas facile de rester authentique longtemps sur internet…
      Bref ! C’est vrai que mettre dans la case « hypersensible » peut être problématique. Disons que chaque être humain a une sensibilité bien à lui. Après, nous ne sommes pas obligé de nous dire que nous le sommes ou non. Nous sommes très sensibles pour certains sujets et pas du tout pour d’autres, et ça nous est propre. Le tout est de bien apprendre à se connaître et de trouver des solutions à ce qui peut éventuellement nous faire souffrir ou bien au contraire, de partager toutes les belles choses que peut nous apporter une grande sensibilité.
      Si mes conseils peuvent t’être utile, hypersensible ou non, alors j’ai tout gagné 😺
      Merci à toi 💜

      Aimé par 1 personne

  7. Ah oui… L’anxiété… Chez moi elle est très liée à mon état de fatigue. Plus je suis fatiguée, plus je suis sujette aux crises d’anxiété voir d’angoisse, parceque je n’arrive plus à me raisonner. Ça se traduit par une sensation de compression dans la poitrine et ma respiration devient difficile…
    J’essaie alors de me concentrer sur ma respiration, et ça se calme un peu… mais dès que je recommence à cogiter, c’est reparti !
    En tout cas merci pour ton article 😘 ça fait du bien de savoir que l’on est plusieurs à vivre la même chose !
    Bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Encooore un point commun.. Je vois totalement ce que tu vis, et ça fait du bien, je sais que tu me comprends aussi. La respiration, la visualisation, la méditation, la musique… On a plein de possibilités maintenant. Mais j’espère surtout que ça ne va plus t’arriver souvent, et tiens ! Je viens de trouver une nouvelle solution, en cas de crise : M’envoyer un message sur Instagram ? 😺
      Merci pour ton gentil mot, gros bisous 😽

      Aimé par 1 personne

  8. L’anxiété, je la côtoie depuis toujours j’ai l’impression, elle est vraiment ancrée en moi. Alors parfois elle se fait plus discrète et je dirais que nous cohabitons pacifiquement, et parfois elle décide d’être plus hostile et de jouer avec mes nerfs, sans crier gare. Parce que oui, il m’arrive de ne pas arriver à identifier la cause de tout cela. Pourquoi j’ai soudain mal au ventre, une pression au cœur, une difficulté à respirer ? C’est d’ailleurs le cas depuis 2-3 jours. Je pense aussi que pour ma part, le cycle féminin joue beaucoup. Comme si les fluctuations d’hormones décuplaient encore plus mon hypersensibilité.
    Je n’ai pas d’astuce miracle parce que j’ai appris à vivre avec. mais j’avoue que les exercices de respiration reste la meilleure solution pour le moment. J’ai beaucoup de mal avec la méditation, je suis trop agitée. Néanmoins je pense qu’un exercice assidu sur le long terme fait des miracles, j’espère arriver à intégrer cette pratique tôt ou tard !
    D’une façon générale, je suis trop tournée vers le futur, j’ai mille scénarios en tête pour tout et n’importe quoi et ça crée un état anxieux quasi permanent. Alors l’idée de « savourer l’instant présent  » m’échappe totalement, autant qu’elle me fascine, parce que je suis persuadée que c’est une des clés pour apprivoiser cette anxiété.

    Comme toujours, merci d’avoir partagé ton expérience 💖

    Aimé par 1 personne

    1. Merci infiniment pour ton témoignage et encore une fois, c’est assez dingue, je me reconnais totalement dans tout ce que tu décris. C’est comme si tu avais prolongé mon article.
      Ceci dit, depuis deux ans, j’ai réussi à vivre beaucoup plus sereinement et même en restant plusieurs semaines ou mois sans état anxieux. Ce qui m’a permis de constater que c’était possible, alors j’espère de tout coeur que ça t’arrivera aussi, et que plus on avancera, moins on souffrira de ça.
      J’y crois 😺
      Merci merci 💜

      J'aime

  9. Chère Justine
    Chez moi, la pensée est ma principale source d’anxiété. Raison pour laquelle je m’efforce de changer mes pensées négatives en pensées positives. J’ai écris un article à ce sujet.
    J’évite autant que possible de faire des suppositions élements déclencheurs de cet état désagréable.
    Yvonne

    Aimé par 1 personne

    1. Bien sûr, c’est très souvent la pensée qui enclenche tout ça, malheureusement. Si tu réussies à transformer ça, c’est merveilleux. Ca m’arrive aussi, mais que très rarement, j’ai encore besoin d’entrainement. 😽

      Aimé par 1 personne

  10. Coucou Justine 😊 je me retrouve aussi beaucoup dans ton article, chez moi elle se manifeste un peu comme toi, l’estomac, du mal à respirer, la boule dans la gorge… Alors je sais pas si j’ai vraiment de solutions, ça dépend des cas, j’ai eu le cas quand je suis arrivée sur Instagram ou je me suis taper des crises d’angoisses à en pleurer, à me tordre de douleur, juste du fait d’affronter le regard des autres ou j’ai subit le temps de me rendre compte que personne ne me voulait de mal 😅 et ça s’est résolu comme ça… Et dernièrement j’ai eu le cas du déménagement, et la pareil des douleurs, des nuits blanches, ou d’appétit, des cauchemar à n’en plus finir, et c’est en parlant franchement sans détour que j’ai pu calmer chaque crises, kit à être trop franche je me suis dit qu’il n’y avait pas d’autres solutions et au final, c’est toujours très bien passé. Aujourd’hui après mûre discussions avec mon fils, j’ai informé mon homme qu’on n’habiterais pas ensemble, et ça s’est très bien passé, il est conscient des choses qui bloquent, et ça m’as fait un bien fou de ne pas avoir peur de les dire !! Au final, j’analyse les choses, j’accepte et je fonce (même si j’ai l’impression d’y aller fort !) il s’avère que pour moi c’est ce qui marche le mieux 😉😘

    Aimé par 1 personne

    1. Ahlala… La #Teamstresséesdelavie ahah.. C’est difficile, mais c’est en nous. Je suis sûre qu’avec le temps, nous gérerons de mieux en mieux et de vraies crises d’angoisses se feront plus rare, en tout cas je nous le souhaite à toutes les deux. Je suis vraiment heureuse de lire tout ça, de voir que tu te sens en paix face à toute cette histoire et que ça se passe bien avec ton entourage. Je suis sûre que tout se passera bien parce que tu as su écouter ton coeur. Tu es une personne vraie, et c’est ce que j’aime le plus en toi 😻💜

      J'aime

  11. Je me retrouve dans cet article et comprends ce sentiment. Pour moi cela se manifeste souvent par la sensation de creux dans l’estomac, difficile à combler, persistante…
    Effectivement la méditation, les exercices de respiration sont de bonnes méthodes, mais parfois difficiles à appliquer quand on est en plein dans les « crises »…

    Aimé par 1 personne

    1. Ca fait beaucoup de bien de se sentir comprise, et j’espère que cet article t’a donné cette sensation aussi. Je suis certaine qu’on peut trouver des moyens de combler ce vide et ces douleurs, mais la seule chose qui nous donne des solutions c’est le temps, l’expérience…
      Merci d’avoir réagi 😽

      J'aime

  12. Hier encore je parlais de ça avec mon chéri, du fait que c’était épuisant dans mon quotidien d’être hypersensible. Je suis souvent anxieuse quand je suis seule, surtout le soir avant de dodo. Quand mon chéri est là, tout va bien, il a ce « pouvoir » de m’apaiser ! Sinon, les huiles essentielles me font du bien (sauge sclarée et lavande), le bricolage (je me concentre sur ma création et rien d’autre), la course à pied, les balades en pleine nature.

    Aimé par 1 personne

    1. Encore un point commun.. La tendance à l’insomnie, l’appréhension de faire une insomnie, c’est sans fin. J’en suis à un point ou parfois, j’ai peur, d’avoir peur, d’avoir peur de faire une insomnie et d’avoir peur ahahah.. Je préfère en rire !
      L’huile essentielle de lavande oui, une goutte sur les oreillers, ça sent tellement bon en plus ! Et bien sûr les activités créatives et sportives, forcément, ce sont de bonnes options.
      J’espère que ton chéri est souvent là au moment du dodo alors 😽
      Merci pour ces bons conseils 💜

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s