MES REFLEXIONS

Peut-on donner son avis sur le corps d’un(e) autre ?

Je me suis posée cette question aujourd’hui après qu’une petite fille dont je m’occupe me dise : « Justine, tu devrais mettre des collants parce qu’on voit ta…. cicatrice… »

Ma voix s’est tout de suite élevée, non pas que je voulais la gronder, mais j’étais tellement abasourdie que j’ai voulu comprendre et je lui ai demandé spontanément : « Mais pourquoi, je devrais la cacher pour les autres ???? »

_DSC1703.jpg

Cette petite a 6 ans, alors bien sûr, je sais que ses intentions ne sont pas de me blesser. D’ailleurs, quand j’ai cherché à comprendre pourquoi elle avait eu cette réflexion, elle s’est sentie gênée et n’a pas osé me dire quoi que ce soit. Puis elle a fini par me répondre : « Je disais ça pour que tu n’attrapes pas le rhume… » oui bon… t’es quand même très mimi !

J’ai posé la question sur les réseaux sociaux, je voulais que quelqu’un m’apporte une réponse, même si c’était pour lire que ça dérange, que ça met mal à l’aise. Juste pour pouvoir essayer de faire comprendre que ce n’est rien, que c’est moi que ça devrait déranger et que si je n’ai aucun problème avec ça, personne ne devrait en avoir.

Je n’ai pas eu de réponse convaincante.
Peu de gens ont réagit.

Pourtant je trouve que c’est une question intéressante ! Peut-on se permettre de dire à quelqu’un les « imperfections » qu’il peut ou pas, montrer de son corps.
Je crois qu’il y a déjà, tout simplement, un gros problème au niveau du regard qu’on porte sur l’autre.
J’observe souvent les gens dans la rue, ou dans les transports, certains ne font pas que se dévisager, ils te scrutent de la tête au pied, ils t’analysent ?
Qu’est-ce qu’ils cherchent à ce moment précis ?
A voir les belles hanches de cette fille qu’eux n’ont pas ?
A se persuader qu’ils ont de plus longues jambes ?
Ou bien cherchent-ils juste à regarder de façon impudique un corps qui ne leur appartient pas ? Parce que même si c’est un décolleté super profond, un mini short ou quoi que ce soit en face de toi, pour moi ce sont eux qui sont impudiques.



Et si tu essayais d’abord d’apprendre à connaître ton corps à toi ?

Apprends à te regarder, mais pas que dans le miroir, pas en pensant aux corps des autres, tu ne pourras pas te comparer au moins. Regarde toi, touche ton corps, de la tête, en passant par les épaules, les bras, les hanches, les cuisses, jusqu’aux pieds… Regarde-le et apprivoise-le.

Arrête-toi sur les détails, les grains de beauté, cette petite tâche, cette petite poignée d’amour, toutes ces petites choses que tu ne vois pas dans les magazines.

Parce qu’au final je crois que c’est ça le véritable problème avec les « imperfections ». On n’a pas l’habitude de les voir, parce qu’on ne doit pas les voir, elles ne doivent pas être assumée dans la société, il faut les cacher !

Et bien je t’assure que c’est une bêtise, il faut que tu les regardes, que tu les apprivoises et que tu commences à les aimer, pour les accepter une bonne fois, et ensuite, les autres n’ont pas le droit ou le choix de les accepter ou non, ils n’ont aucun pouvoir, c’est TON corps.

Je ne cacherai pas ma cicatrice, comme je ne maquille pas mes cernes. Parce que tout ce que je ne veux pas montrer, c’est ce que je n’ai pas encore appris à apprécier, mais je fais tout pour aimer tout de moi. C’est un grand pas pour se sentir heureux, je crois.

_DSC1710.jpg

Et toi, tu penses qu’on a un devoir par rapport aux autres ?
Tu penses qu’on peut choisir comment un autre doit s’habiller et ce qu’il ne doit pas montrer ?
Aime-toi, aime ton corps, tout ton corps ! C’est peut-être déjà le cas ?

Follow my blog with Bloglovin

31 réflexions au sujet de “Peut-on donner son avis sur le corps d’un(e) autre ?”

  1. J’adore ton article!
    Je ne sais pas si on peut se permettre de juger le physique des autres mais on le fait tous consciemment ou inconsciemment. On se compare et on aimerais toujours avoir ce que l’on a pas (la nature humaine est étrange). Finalement on se concentre sur ce qu’on aime pas. C’est bien dommage. On devrait plutôt chercher la beauté en nous.

    Et concernant les « imperfections », tout est une question de point de vue. C’est quoi la perfection ? Quelqu’un de lisse qui rentre dans des normes ? Nos imperfections sont nos singularités, notre histoire, notre génétique. Je trouve plutôt qu’elles rendent les gens plus uniques et donc plus beaux. La différence est une richesse pas un handicap !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que c’est devenu comme une habitude de se comparer mais depuis quelques années j’essaie d’arrêter de le faire, parce que je me rends compte que ça ne sert à rien, et je reste focalisée sur mon corps à moi, qui m’accompagnera toute ma vie. J’ai enfin réussi à l’accepter presque à 100% grâce à ça et donc naturellement, je ne ressens plus jamais le besoin de me comparer, puisque je ne veux rien changer.
      On a l’air sur la même longueur d’onde en ce qui concerne les « imperfections », même si je sais que beaucoup ont du mal à les trouver belles, c’est pour ça que j’ai voulu écrire cet article. 😺
      Merci beaucoup pour ton commentaire en tout cas 😽
      A très vite j’espère ! 💛

      J'aime

  2. Salut Justine ! 🤗
    Tu lances un beau débat
    Moi je pense que les cicatrices sont les marques de ta vie jusqu’à présent, comme un tatouage il y a eu un avant et un après et elles ont une signification, il ne faut pas en être honteux.
    Si elles gênent les scruteurs des transports je propose qu’ils regardent autre part, car quoi qu’il en soit elles seront là toute ta vie, autant s’y habituer!
    Aussi, j’ai peur que si on dit aux gens de cacher leurs marques, on ne saura pas qui ils sont vraiment, ce qu’ils ont vécu. Et si c’est pour que tout le monde se ressemble : non merci!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ma belle !
      Je pense exactement comme toi, tu l’as si bien dit. Je crois que malheureusement, je ne pourrai jamais dire à tout le monde de regarder ailleurs, alors j’ai décidé de m’habituer moi, à ce qu’on la regarde. Je sais que ça leur fait un peu de sensationnel, ils s’ennuient alors ils doivent se dire : « oh mais qu’a-t-il bien pu lui arriver ? » ahahah
      Parfois ça m’embête mais c’est humain, c’est comme ça, alors ce n’est pas grave, je préfère qu’on la regarde plutôt que je la cache.
      Merci encore pour ton avis, on a l’air d’être plutôt d’accord 😺 Gros bisous et à très vite 😽💛

      J'aime

  3. J’aime beaucoup cet article. Ça me rappelle de nombreuses années ou je me maquillait parce que les autres me le demandais et si je le faisait pas j avais toujours des remarques (t as l air fatigué,t’es yeux son petits…) puis un jour j ai pris conscience que les autres n’avait aucun droit et j’ai arrêté de me maquiller. Je me suis sentie libéré et j’ai appris à m’accepter au naturelle avec mes yeux fatigués et ma peau peu parfaite, mais c’est moi. Merci pour cet article

    Aimé par 1 personne

    1. Oh ! C’est drôle que tu parles de ça, c’est un sujet hyper important pour moi aussi et j’en ferai un article c’est sûr… On est pareil apparemment à ce sujet. Je ne crois pas qu’on ai forcément l’air fatiguée, moi souvent je trouve que j’ai bonne mine et parfois on me dit que j’ai l’air fatiguée, en fait on a juste des têtes normales, mais les gens sont tellement habitués à voir des visages lissés par le maquillage qu’ils croient que c’est nous qui avons un problème… ahah enfin bref, j’en reparlerai c’est sûr 😺 Merci beaucoup pour ton commentaire, et vive le naturel 😽💛

      J'aime

  4. Un article qui me touche (je dirais encore un!) moi qui est un corps déformé par 3 grossesses…deux cicatrices énormes sur un avant bras…et du psoriasis..je ne m’aime pas..j’apprend à m’aimer …le chemin est long…le chemin de l’acceptation de soi est douloureux mais je ne baisse pas les bras..c’est un combat qui en vaut la peine!

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère de tout coeur que tu y arriveras. Je crois que vu comme je me haissais, si j’ai réussi, tout le monde le peut. Le psoriasis.. Ah ! J’ai fais énormément d’eczéma, je ne pense pas que ce soit aussi important mais j’ai fait des crises très violentes, c’est d’ailleurs après ça que j’ai arrêté de me maquiller, je compte en faire un article aussi alors peut-être qu’il pourra t’aider, comme ça parlera de problèmes de peau, en tout cas je l’espère !!! Merci beaucoup ma belle, je t’envoie tout plein d’amour ! 💛 (ET TU ES BELLE ! TOUTES LES FEMMES SONT BELLES)

      J'aime

  5. Cet article tombe à point nommé.
    Je viens de le lire à ma fille de 10 ans. Pour laquelle je m’inquiète, elle passe au collège l’année prochaine.
    Nous venons d’en discuter, c’est d’ailleurs une conversation que nous avons souvent en ce moment. Les « autres » ce qu’ils pensent, ce qu’ils font. Le « droit » que nous leur permettons d’avoir sur nous. Le « droit » que nous nous permettons d’avoir sur eux.
    Je suis heureuse et rassurée elle a conscience de sa propre importance dans sa vie. Que son corps lui appartient comme elle appartient de son corps.
    Mais en discutant avec elle, je me suis rendue compte que j’avais peut-être moi-même oublié que le miens était mon ami et non une machine me permettant d’exécuter les différentes taches chaque jour. Qu’il était mon ami et non un objet façonnable pour qu’il ressemble à tel autre ou qu’il me permette de faire comme untel. J’ai oublié d’en prendre soin et de le respecter, de l’aimer et d’avoir confiance en lui pour nous donner de meilleur de lui-même en étant lui-même. J’ai oublié que je ne suis pas comme Pierre Paul ou Jacques. Je suis moi-même avec mes besoins à moi.
    C’est un magnifique article qui tombe à point nommé. Merci Justine.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh… Ca me touche tellement ! Alors j’arrive à rappeler à des gens comme toi qu’ils méritent de prendre soin d’eux.. Punaise j’ai tout gagné, je ne pensais pas que j’en étais capable… C’est formidable !!!! Et tu as tout dit, comme il faut, j’espère que tu réussiras à te souvenir de ça tout le temps, et j’espère aussi que ta fille s’épanouira et saura s’aimer, elle part bien avec une super maman comme toi ! N’oublie pas que tu es une personne géniale et que tu es belle, prend soin de toi ! 😽💛

      Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Justine,
    Je trouve ta réflexion du jour interessante. En faite tu parles de liberté. Ai-je le droit de me découvrir ? De me couvrir ? Suis-je libre de montrer ce que je souhaite montrer de moi ? Plus nous découvrons nos corps et plus nous choisissons de nous livrer en quelques sorte. Avec ta cicatrice apparente, tu informes le monde qui tombe dessus du regard qu’il t’es arrivé quelque chose. Qu’on t’abordes ou non à ce sujet, tu as livré cette information. Au final c’est un choix comme un autre qui reste personnel.
    A bientôt 🙂
    EM.

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ! C’est très vrai ce que tu dis, je n’avais pas vu les choses sous cet angle… C’est ça, le tout est de savoir que c’est à nous de choisir ce qu’on veut (ou pas) montrer.. Après je reste focalisée dans cet article sur les « imperfections » et les choses qu’on a peut-être pas l’habitude de montrer en général parce que c’est laid aux yeux de la société.. Même si je parle brièvement d’un décolleté, montrer son corps tout court est un autre sujet, j’en parlerai peut-être un jour, mais pour l’instant c’est trop délicat et je suis trop partagée.. En tout cas merci pour ton super commentaire, à très vite 😽💛

      Aimé par 1 personne

  7. C’est un super sujet et ça fait du bien de lire ce genre d’article. Je pense que si tu n’aimes pas quelque chose chez toi, quelqu’un l’aimera à ta place. C’est le cas de mon copain qui a énormément changé le regard que je portais sur mon propre corps. Mes petits « défauts physiques » sont magnifiques à ses yeux. Alors, j’apprends de jour en jour à m’accepter comme je suis. Mais il reste encore du boulot car, quand je me retrouve dans un espace public et que quelqu’un me regarde un peu trop longtemps, je suis mal à l’aise, j’ai peur de l’image que je renvoie, de ce que la personne pense de moi. Dans ce genre de moment, je me focalise sur mes complexes et ça me rend mal. Alors, bien souvent, je pense très très très fort à mon chéri qui me dit « tu es magnifique » et là, je me sens comme Beyoncé hahaha ❤ Merci Justine ! Tu es belle au naturel ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Woua je te comprends tellement.. J’étais exactement comme toi et d’ailleurs je le suis encore parfois. Avant, j’avais même toujours l’impression que tout le monde m’observait (la fille egocentrique… ahahah) et me trouvait laide… Merci le collège et la débilité des gens de 13-14 ans (encore un sujet d’article à venir !). Je suis sûre que tu vois de quoi je parle. Effectivement, mon chéri m’a aussi énormément aidé et ça va un peu à l’encontre de ce que je dis là, parce qu’on ne devrait pas devoir attendre le regard d’un autre ! Mais c’est vrai que parfois, on a besoin de quelqu’un, un magnifique quelqu’un qui nous apprenne à nous voir différemment, et ça fait du bien hein ?!
      Moi je vois ta petite bouille sur ta photo de profil instagram et à chaque fois je me dis : Qu’elle est mimi !!! (et même que j’aimerais te faire un calin :B c’est vraiiii en plus..)
      Merci pour ton joli témoignage et ton gentil compliment, j’espère que tu réussiras un jour à totalement t’en foutre du regard des autres 💛

      Aimé par 1 personne

  8. Coucou miss, c’est un très bon sujet et surtout un sujet très compliqué puisque je pense qu’au jour d’aujourd’hui, il faut rentrer dans une « norme » que certains dictats établissent via les médias (internet, réseaux sociaux, télé….) . Du coup si tu ne rentres pas dans ces cases et bien on te le fais remarquer par différents moyens. C’est fou cette société dans laquelle on se trouve, c’est même effrayant et on n’a plus de de personnalité et de singularité.
    Ce qui fait un monde c’est la différence et c’est ça qui fait que les gens sont intéressants. En tt cas cette cicatrice fait partie de toi et fait ce que tu es et ça personne ne pourra le changer. Et tant mieux 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, je suis totalement d’accord avec toi ! Sur le fait qu’on n’a plus de personnalité et de singularité, c’est un sujet que je vais aborder bientôt aussi sur le blog, en parlant de maquillage et peut-être de mode, j’ai très hâte d’en parler ! Merci encore pour tes gentils mots 😽💛

      J'aime

  9. Je ne suis pas mannequin en couv’ des magasines. Je peux être ton ami, ton voisin celui avec qui tu regardes des films. Je ne suis pas beau mais je n’suis pas laid, je suis la victime des rire de la société. Je ne suis pas bien dans mes bottes et dans ma peau, ma côte de popularité est proche de zéro. Si j’avais pu avoir quelqu’un à mes côtés, j’aurais voulu qu’on me dise je t’aime comme tu es

    Je n’aime pas qu’on me reluque, être au centre de l’attention. Que l’on me regarde comme une pute si je ne porte pas de pantalon. J’en ai ma claque qu’on me juge alors qu’on ne me connaît même pas. De faire face à toutes ces injures, mal à l’aise et qu’on se moque de toi. Si j’avais pu avoir quelqu’un à mes côtés, j’aurais voulu qu’on me dise je t’aime comme tu es

    Il se trouve qu’à l’évidence on trouve toujours la véhémence. La douleur harcelante à outrance que l’on n’arrive jamais à oublier. Quand on est pris dans les turbulences qu’on bouleverse et brutalise notre innocence. La cicatrice qui par accoutumance mets du temps à se refermer.

    Alors on s’efforce de rechercher les petits détails qui ne vont pas. Les regards qui ne font que nous dévisagés qui nous isolent, et qui nous laisse tomber. Alors on maudit la vie qu’on nous a donnée, on se dit qu’ailleurs sera mieux, il faut déménager. Si j’avais pu avoir quelqu’un à mes côtés, j’aurais voulu qu’on me dise je t’aime comme tu es.

    Tu allumes tes feux de détresses mais personne ne voit tes SOS. Tu pleures tu te sens dépassés, tu voudrais qu’on t’aime comme tu es

    Je ne suis pas de celle qu’on dit belle pas fine, bouboule, je louche dans mes lunettes. Je passe mon temps à me réconforter dans la nourriture. J’ai honte de mon corps de mes formes, comme c’est dur. Je ne suis pas dans la norme déliée de toutes amitiés je n’ai rien pour plaire aux garçons de mon âge. Mon « Je t’aime comme tu es » n’est pas sortie de sa cage

    Il se trouve qu’à l’évidence on trouve toujours la véhémence. La douleur harcelante à outrance que l’on n’arrive jamais à oublier. Quand on est pris dans les turbulences qu’on bouleverse et brutalise notre innocence. La cicatrice qui par accoutumance mets du temps à se refermer.

    Alors on s’efforce de rechercher les petits détails qui ne vont pas. Les regards qui ne font que nous dévisagés comme étranger dans un corps que l’on n’assume pas. Alors on maudit la vie qu’on nous a donnée on se dit qu’ailleurs sera mieux, qu’on va nous aimer. Là-bas j’aurais sans doute quelqu’un à mes côtés qui enfin me dira moi je t’aime comme tu es

    Tu allumes tes feux de détresses mais personne ne voit tes SOS. Tu pleures tu te sens dépassés tu voudrais qu’on t’aime comme tu es

    Malgré tout j’essaie de trouver les petits détails qui ont du charme. Je dois arrêter de me laisser aller puisqu’un jour mon corps deviendra femme. J’écris dans un journal mon intime ceux que je cache à mes parents. Rien n’est comme dans les films la vie normale est bien différent

    Je construis mes propres armes que les larmes de ma peau opaline. La victime qu’avant personne n’épargne proclame la différence de toutes ces poitrines. Puisque maintenant je m’aime comme je suis vos remarques désobligeantes n’ont plus d’effet. Regarde-moi bien en face quand je te dis quelqu’un m’a dit « je t’aime comme tu es »

    Je n’allume plus mes feux de détresses plus personne ne reçois mes SOS. J’ai grandi et je ne me sens plus dépassé quelqu’un m’a dit « je t’aime comme tu es »

    Voilà le texte comme promis inspiré par ton article. Gros bisous. C.

    Aimé par 1 personne

  10. Moi aussi, j’ai bien apprécié ton article, cela m’a amenée à de nébuleuses réflexions. Je me suis dis qu’effectivement notre socialisation nous a amené à cacher ce dont on n’a pas envie de parler. Montrer ses cicatrices, ses “défauts”, c’est prendre le risque d’avoir des questions auxquels on a pas envie de répondre ou des remarques désobligeantes.
    Et je me suis rendue compte que mon miroir avait fini lui aussi par me contraindre à ce même genre de limites. Enfin, surtout celle de l’éviter. Même si j’utilise mon miroir pour me brosser les dents ou me coiffer, je ne me vois pas, je ne me regarde plus vraiment.
    Comme on prend l’habitude d’éviter le miroir, on cache aux autres ce que l’on ne veut pas qu’ils voient.
    Je pense qu’on ne peut pas empêcher les autres de poser des questions, donner leur avis ; comme on n’empêche pas un miroir de refléter.
    Et c’est la que ton défi du jour est intelligent : la seule issue est de s’accepter, se sentir libre de tout montrer parce qu’on se sent assez forte de répondre aux questions qu’on pourrait nous poser ou de dire merde ça ne vous regarde pas. Comme on a le droit de tirer la langue à la glace.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh c’est si bien dit ! Et merci pour ces compliments.. Je suis ravie que cet article amène de si beaux discours et de beaux témoignages aussi, je suis super fière j’avoue ! Et j’espère de tout mon coeur que mes petits défis ou que d’autres articles pourront permettre de se reconnecter à soi, à son corps et de s’aimer… 😽 Merci encore ! 💛

      J'aime

  11. Halalalaaaaaa… le #nonjugement ! Quel défi ! Quel non sens dans notre société actuelle. Tout est fait, construit, éduqué, asséné… pour que nous jugeons sans cesse. Nous même déjà et puis les autres. Déjà en prenant conscience de cette anomalie on fait un ÉNORME pas. Le challenge est ensuite de changer notre programmation mentale pour ne plus juger quiconque et soi en premier lieu… TRÈS BELLE IDÉE 😊😊😊

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ma belle… Et oui, si seulement je pouvais faire ce défi et que tout le monde pouvait tenter de le faire… Ca changerait énormément de choses ahah… Au moins les gens qui me suivent sont bienveillants et c’est déjà magnifique ! Gros bisous 😽💛

      J'aime

  12. Très intéressante réflexion. Je pense comme toi mais il est vrai que ce n’est pas facile. Notre société nous pousse à vouloir cacher nos défauts et à se comparer aux autres. Je pense que c’est un long chemin que d’arriver à se détacher de tout ça, mais c’est tout à fait possible ! Bisous !

    Aimé par 1 personne

  13. Coucou Justine !
    Ton article est tellement plein de vérité et de bon sens. Je suis aussi du genre à dire qu’il faut s’accepter telle que l’on est avec ce qui peut paraître des défauts pour les autres, mais qui au final fait de nous ce que nous sommes.
    Alors, oui, ce n’est pas toujours facile de faire face au regard des autres, mais si on se fout de leur jugement, on en vit d’autant mieux !

    Aimé par 1 personne

    1. Exactement ! Merci beaucoup pour ton gentil commentaire 😺 Et puis de toutes façons, toutes les femmes sont belles ! Et la plupart du temps, les jugements et les regards trop insistants, c’est de la jalousie, et toc ! 😌 Gros bisous et à très vite 😽

      J'aime

      1. je me sens très concernée . j’ai vécu les trois quarts de ma vie obèse…120kg…tu imagines… mais il y a peu de temps ma fille m’a dit que j’étais belle à cette époque… que je m’habillais bien… merci mon coeur…

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s